Salle de conso aux États-Unis

5 Mars 2020
512 lectures
Notez l'article : 
0
 

Une récente décision judiciaire pourrait relancer le débat sur les salles de consommation à moindre risques aux États-Unis. Le 25 février dernier, un juge fédéral de Philadelphie a confirmé un premier jugement autorisant la création de la première salle de consommation à moindre risque aux États-Unis. Une idée qui ne plaît pas à l’administration Trump. Conséquence : le procureur fédéral, William McSwain, a annoncé qu'il ferait appel de cette décision. Le projet a été lancé par l'association Safehouse, créée spécialement pour l'occasion, indique l’AFP. Le projet bénéficie du soutien de la ville de Philadelphie et de son maire Jim Kenney, ainsi que du procureur local, Larry Krasner. Le procureur fédéral, qui dépend lui directement du ministère de la Justice, a relayé la position de l’administration Trump, qui s'oppose, par principe, à l'ouverture de cette salle. Comme l’explique l’AFP,  dans sa charge contre le projet, le représentant du ministère de la Justice a comparé la future salle à une « crack house » (squat où l'on consomme clandestinement de la drogue). Il a surtout mis en avant la loi fédérale actuelle qui interdit l'ouverture et l'exploitation de tout lieu destiné à la fabrication, au commerce ou à la consommation de drogue. Cette vision n’est pas partagée dans l’ensemble du monde judiciaire. Dans une première décision, rendue en octobre 2019, le juge fédéral Gerald McHugh avait conclu que « le but ultime de l'installation de l’association Safehouse (était) de diminuer l'usage de drogues, pas de le faciliter ». Le 25 février, le même magistrat a confirmé son jugement et écarté un recours du gouvernement. Le maire Jim Kenney a, lui, applaudi le jugement et indiqué que la municipalité entendait soutenir des opérateurs privés qui souhaiteraient implanter à Philadelphie des salles de consommation à moindre risque. Plusieurs autres villes des États-Unis ont indiqué leur intérêt pour la création de telles structures. C’est le cas de New York, dont le maire Bill de Blasio a indiqué, en mai 2018, souhaiter la création de quatre salles, sur la base d'un rapport des autorités sanitaires municipales. Depuis, le projet est à l'arrêt. Le responsable sanitaire de l'État de New York, Howard Zucker, a mis en avant, en février 2019, le risque juridique posé par l'implantation d'une salle. Une décision définitive dans le dossier de Philadelphie, en appel ou devant la Cour suprême, est donc très attendue, à New York mais aussi dans des villes comme Seattle ou Denver, où des projets de ce type sont en suspens. Un projet de loi prévoyant la création de six salles à San Francisco a été adoptée par l'Assemblée de Californie. Le texte est actuellement bloqué au Sénat local.