Salle de conso à Paris : la bataille juridique commence

15 Juillet 2013
1 106 lectures
Notez l'article : 
0
 

Une salle de consommation de drogues supervisée doit ouvrir à l’automne, à titre expérimental, à Paris dans le 10e arrondissement. Cette ouverture suscite des débats et fait, désormais l’objet d’une plainte de la part d’une association Parents contre la drogue. Cette dernière, explique "Le Figaro" (3 juillet) va déposer des recours devant le Conseil d'État et le juge judiciaire. "Il existe une loi qui interdit l'usage de stupéfiants en France. Au nom de quoi le permet-on dans le Xe arrondissement ?", demande Serge ­Lebigot, président de cette association de protection contre la toxicomanie. "On va attirer les dealers, créer une zone de non-droit et au final légaliser la drogue ! ", explique-t-il dans "Le Figaro". Selon le journal, l’association n’est pas une création de circonstance (elle existe depuis 2003), elle conteste aussi l’absence de débat au Parlement sur ce sujet. Le Conseil de Paris doit autoriser, début juillet, le dépôt d'une demande de permis de construire sur un terrain appartenant à la SNCF (boulevard de la Chapelle), situé derrière la gare du Nord. L’association ne s’intéresse évidemment pas à la question de la santé publique, mais aux aspects juridiques du dossier. Une plainte contre X qui pourrait concerner le Premier ministre et la ministre de la Santé pourrait être déposée (4 juillet) au tribunal de grande instance de Paris. La même plainte pourrait être auprès de la Cour de justice de la République.  Cette fois, les poursuites seraient engagées parce que des membres du gouvernement inciteraient avec une telle mesure à la consommation de drogues. C’est la thèse défendue par ses opposants à la politique de réduction des risques. Enfin, pour couronner le tout, l'association entend présenter au Conseil d'État une requête en annulation pour excès de pouvoir contre le Premier ministre.

Commentaires

Portrait de frabro

Comme pour le mariage pour tous, on assiste à l'agitation stérile de tout ce que la France compte de forces conservatrices et réactionnaires.

Ces initiatives sont vouées à l'échec, mais ça amuse les médias...

Re next !