Sanofi mise sur l'ARN messager

10 Juillet 2021
814 lectures
Notez l'article : 
0
 

Plus de deux milliards d'euros pour se positionner dans l'ARN messager : le laboratoire Sanofi va investir massivement dans cette technologie innovante, qui a fait ses preuves avec les premiers vaccins contre la Covid-19. Près de  400 millions d'euros par an vont être investis, d'ici à 2025 au moins, dans la recherche sur de nouveaux vaccins à ARN messager, des investissements qui devraient se poursuivre au-delà de cette période, a indiqué le laboratoire pharmaceutique. Objectif affiché : mettre au point une nouvelle génération de vaccins, avec au moins six candidats en essais cliniques d'ici à 2025. Ces vaccins seront ciblés sur des maladies infectieuses, mais le laboratoire reste discret sur ses ambitions exactes. On ne sait donc pas, à ce stade, si le VIH sera concerné. Sanofi est l'un des leaders mondiaux dans le secteur des vaccins. Pour ce nouveau projet, il entend créer un centre de recherche qui sera à cheval sur deux sites déjà existants du laboratoire, à Cambridge, aux États-Unis, et à Marcy-L'Étoile, près de Lyon. Ce centre rassemblera 400 salariés-es, avec des créations d'emplois à la clef. « L'ARN messager était en développement dans les maladies infectieuses et dans le cancer. Le Covid a rebattu les cartes et a permis une forme de validation de l'efficacité de cette technologie dans certaines maladies infectieuses, et de sa bonne tolérance », souligne Jean-Jacques Le Fur, analyste chez Bryan, Garnier & Co. Sanofi veut donc se positionner dans une technologie qui pourrait représenter un marché colossal. Et peut-être redorer son blason écorné durant la pandémie. Car malgré son expertise dans le secteur des vaccins, le laboratoire a enregistré un retard considérable face à la Covid-19, s'attirant des critiques de l'opinion publique et du monde politique. Le vaccin contre la Covid-19 développé par le laboratoire français Sanofi, en collaboration avec le britannique GSK, devrait être disponible en décembre 2021, a précisé le président France du laboratoire, le 5 juillet. Interrogé sur France Inter sur la mise à disposition de ce vaccin à base de protéine recombinante - une technologie déjà utilisée par Sanofi pour un de ses vaccins contre la grippe - le PDG du labo Olivier Bogillot a confirmé qu'il serait prêt en « décembre effectivement ». Le groupe avait précédemment indiqué tabler sur le quatrième trimestre, puis précisé envisager une mise à disposition d'ici la fin de l'année. Ce vaccin, désormais en phase d'essais massifs, dits de phase III, avait enregistré un retard de plusieurs mois, suscitant la controverse. Parallèlement, Sanofi développe un autre vaccin contre la Covid-19, fondé sur la technologie de l'ARN messager, avec un partenaire américain, la startup Translate Bio. Ils ont entamé de premiers essais cliniques qui doivent donner leurs résultats au troisième trimestre.