Santé : des femmes renoncent

28 Janvier 2022
908 lectures
Notez l'article : 
0
 

Selon une étude de l’Ifop réalisée pour le spécialiste de la téléconsultation Qare, dont les résultats ont été publiés mardi 18 janvier, 60 % des femmes ont déjà renoncé à se rendre chez le gynécologue. Près de 12 % d'entre elles ont même renoncé aux soins gynécologiques « de nombreuses fois ». Une femme sur trois déclare ne pas être allée chez le gynécologue depuis plus de deux ans, 22 % depuis plus de trois ans et une femme sur dix indique ne pas y aller du tout. Ces résultats sont alarmants, alors que « le suivi gynécologique des femmes est tout sauf accessoire », rappelle la Dre Julie Salomon, directrice médicale de Qare, cité dans le journal Le Bien public. Un suivi régulier est recommandé par les autorités sanitaires, comme l'Assurance maladie qui préconise de s'y rendre au moins une fois par an. Les soins gynécologiques auxquels les femmes renoncent sont principalement des dépistages et visites de contrôle (76 %), des informations sur la ménopause, la grossesse et la contraception (20 %) et la détection d'infections urinaires, de mycoses ou d’infections sexuelles transmissibles (17 %), souligne l’étude. Les raisons de ce renoncement aux soins sont variées. 36 % évoquent des délais d’attente trop longs ; 32 % un emploi du temps trop chargé, 20 % un malaise avec son propre corps et 14 % une distance géographique avec le-la praticien-ne. Les jeunes filles sont plus nombreuses à invoquer un malaise avec leurs corps (33 %) et sont de ce fait plus nombreuses à n'avoir jamais été chez un-e professionnel-le de santé gynécologique (31 % des 25-34 ans). Les plus de 35 ans évoquent avant tout une question de délai (40 %) et de temps (39 %), ainsi qu'une dépriorisation de sa santé au profit de ses proches (20 %) comme explication au renoncement aux soins.

Sondage réalisé du 1er au 3 décembre 2 021 par Ifop pour Qare, sur un échantillon de 1 003 femmes âgées de 18 ans et plus, représentatives de la population française et structuré selon la méthode des quotas.