Santé et accès direct

21 Mai 2023
1 599 lectures
Notez l'article : 
0
 

Nouveauté. Le Parlement a définitivement adopté mercredi 10 mai une proposition de loi pour accéder directement à certains-es infirmiers-ères, à des kinés ou des orthophonistes, sans passer par son-sa médecin traitant-e. Initié par la députée (Renaissance) Stéphanie Rist, ce texte vise à faciliter l'accès aux soins en désembouteillant les cabinets des médecins généralistes. L'Assemblée l'a soutenu à la quasi-unanimité (226 voix contre une), après un ultime feu vert du Sénat le 9 mai. Sous certaines conditions, les Français-es pourront donc, sans passer par leurs médecins traitants, consulter des infirmières en pratique avancée —les IPA qui interviennent notamment sur certaines maladies chroniques — ainsi que des kinésithérapeutes et des orthophonistes. « C'est un changement de pratique et de culture », a indiqué la Stéphanie Rist, citée par l’AFP. Reste que l'ambition initiale de sa proposition de loi, qui a provoqué une levée de boucliers des médecins, a été en partie réduite. Pour se rendre chez des IPA et des kinés, l'accès direct sera limité à ceux-celles exerçant dans des structures comme les maisons de santé pluri professionnelles, en coordination avec des médecins. Contrairement à ce que voulaient les députés-es, seront donc exclus-es du dispositif les soignants-es simplement inscrits-es dans le cadre plus souple des Communautés professionnelles territoriales de santé (CPTS), qui couvrent environ la moitié de la population. La proposition de loi suscite plus d'enthousiasme chez les pharmaciens-nes dont le rôle sera accru, notamment pour renouveler une ordonnance en cas d'affection chronique et administrer les vaccins.  Un amendement de dernière minute autorise à titre pérenne les pharmaciens biologistes, en laboratoires, à pratiquer des frottis du col de l'utérus dans le cadre du dépistage du cancer. Dans un communiqué, l’UFC-Que Choisir, estime, qu’avec cette loi, « une digue a sauté en termes de partage de compétences entre le médecin » et les autres soignants-es.