Santé mentale : l’OMS s’inquiète

28 Juin 2022
315 lectures
Notez l'article : 
0
 

Près d’une personne sur huit dans le monde vit avec un trouble mental, selon un rapport de l’Organisation mondiale de la santé ; un chiffre qui monte même à une personne sur cinq dans les zones de conflit. En 2019, près d’un milliard de personnes – dont 14 % des adolescents-es dans le monde – étaient atteintes d'un trouble mental. Les suicides représentaient plus d’un décès sur 100 et 58 % d’entre eux survenaient avant l’âge de 50 ans. Les troubles mentaux sont la principale cause d’invalidité et sont responsables d’une année vécue avec une incapacité sur six. Les personnes atteintes de troubles mentaux graves ont une durée de vie réduite de 10 à 20 ans par rapport à la population générale, souvent en raison de pathologies physiques évitables. Parmi les causes majeures de dépression figurent les abus sexuels pendant l’enfance et le harcèlement par l’intimidation. Les inégalités sociales et économiques, les urgences de santé publique, la guerre et la crise climatique font partie des menaces structurelles mondiales qui pèsent sur la santé mentale. Cette avalanche de données qui brossent un panorama sévère et assez effrayant provient du travail de l’OMS. L’institution a aussi voulu savoir quelles avaient été les conséquences de la Covid-19 dans ce tableau bien sombre. La dépression et l’anxiété ont augmenté de plus de 25 % au cours de la première année de Covid-19. À cela, il faut ajouter que partout dans le monde, la stigmatisation, la discrimination à l’encontre des personnes souffrant de problèmes de santé mentale et les violations de leurs droits humains sont fréquents dans les communautés et les systèmes de soins, note l’OMS. Par exemple : les tentatives de suicide sont encore criminalisées dans vingt pays. Dans tous les pays, ce sont les plus pauvres et les plus défavorisés-es de la société qui sont les plus exposés-es au risque de troubles mentaux et qui sont également les moins susceptibles de bénéficier de services adéquats. Même avant la pandémie de Covid-19, seule une petite fraction des personnes en ayant besoin avaient accès à des soins de santé mentale efficaces, abordables et de qualité. Ainsi, 71 % des personnes atteintes de psychose dans le monde ne bénéficient pas de services de santé mentale. Alors que 70 % des personnes atteintes de psychose seraient traitées dans les pays à revenu élevé, elles ne sont que 12 % à bénéficier de soins de santé mentale dans les pays à faible revenu. Pour ce qui est de la dépression, de larges écarts dans la couverture des services sont observés dans tous les pays : même dans les pays à revenu élevé, seul un tiers des personnes souffrant de dépression reçoit des soins de santé mentale formels et on estime que le traitement adéquat minimal de la dépression varie de 23 % dans les pays à revenu élevé à 3 % dans les pays à revenu faible ou intermédiaire inférieur. L’OMS s’est doté d’un plan d’action global pour la santé mentale 2013-2030, il a été approuvé par les 194 États membres de l’OMS.