Santé : mesures choc pour temps de crise ?

26 Mars 2012
1 803 lectures
Notez l'article : 
0
 
Marianne.jpg

"20 pistes pour baisser la dépense publique". C’est le sujet sur lequel le "Figaro économie" a récemment planché (16 mars). L’article propose de "faire maigrir l’Etat", "de diminuer les dépenses sociales" et de "réduire les dépenses de santé". Sur ce dernier thème, l’article a recensé sept mesures. La première serait d’introduire de nouvelles franchises. "Beaucoup, à gauche comme à droite, y réfléchissent", note le quotidien qui cite la proposition du think-tank de gauche, Terra Nova, qui préconise "une dose de solidarité, en instaurant une franchise maladie en fonction des revenus pour la médecine de confort, jusqu'à 1 000 euros par an. L'hôpital resterait remboursé intégralement". De son côté, l'Institut Montaigne (droite libérale) a planché sur un système assez cousin : "Une franchise pour les médicaments et une autre pour les consultations, le reste étant entièrement pris en charge par la Sécurité sociale". Deuxième proposition, la définition d’un panier de soins. "C'est la proposition phare de l'Institut Montaigne : gouvernement et partenaires sociaux définiraient un panier de soins intégralement remboursés par la Sécu. Le reste (optique, soins dentaires, cures thermales, etc.) serait pris en charge par les assurances complémentaires. Pour Montaigne (…), c'est la garantie d'un meilleur contrôle des coûts", note "Le Figaro". Les autres mesures porteraient sur la lutte contre la surconsommation de médicaments, de réserver l'aide médicale d'Etat aux soins d'urgence, d’avoir moins d’hôpitaux mais des établissements plus grands, de multiplier les opérations en ambulatoire…  Reste une dernière proposition, pour partie appliquée, et qui suscite des inquiétudes : revoir la liste des affections de longue durée (ALD). "Une trentaine de maladies au long cours (diabète, cancer, AVC...) sont prises en charge à 100% par la Sécu", rappelle "Le Figaro". "Avec le vieillissement de la population, les ALD explosent : 9 millions de patients pour 78 milliards d’euros en 2011. Des économies ont été faites depuis deux ans (moins de prises en charge à 100%, moins de transports sanitaires gratuits) mais d'autres, plus douloureuses, sont nécessaires. Pour la Cour des comptes, il faut "réviser" la liste. En clair, la réduire".