Santé mondiale : la France investit

16 Octobre 2023
9 807 lectures
Notez l'article : 
0
 

La France, un des principaux contributeurs à la lutte contre le VIH, le paludisme ou la tuberculose dans le monde, a présenté jeudi 12 octobre à Lyon sa stratégie en santé mondiale pour 2023-2027. Cette stratégie prône l’approche « une seule santé » (One Health), à savoir l’interdépendance entre santé humaine, santé animale et santé des écosystèmes. Avec une contribution de deux milliards d’euros pour 2023-2025 aux fonds multilatéraux (lutte contre le VIH, le paludisme et la tuberculose, Unitaid, Gavi) contre 1,5 milliard en 2020-2022 (+33,3 %), le pays se place au premier rang des investisseurs européens, indique-t-on au ministère des Affaires étrangères, cité par l’AFP. Pour certains fonds, la France se hisse même à la deuxième place mondiale derrière les États-Unis. À cela s’ajoute « l’action bilatérale via notamment l’Aide française au développement », explique-t-on. La cheffe de la diplomatie, Catherine Colonna, le ministre de la Santé et de la Prévention, Aurélien Rousseau  et la ministre de la Recherche, Sylvie Retailleau, dont les équipes ont planché plusieurs mois sur l’élaboration de cette nouvelle feuille de route, ont présenté la nouvelle stratégie française, en présence du directeur général de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), le Dr Tedros Adhanom Ghebreyesus. Parmi les cinq priorités retenues par le gouvernement : le renforcement des systèmes de santé pour atteindre la couverture sanitaire universelle dans un contexte post Covid, la pérennisation des engagements pour lutter contre les maladies transmissibles ou encore une meilleure préparation collective aux urgences sanitaires et climatiques. « Nous sommes confrontés à des nouveaux défis et notre approche d’une seule santé doit permettre de faire le lien entre santé humaine, santé animale et santé des écosystèmes », a commenté une source diplomatique à des journalistes. Elle a illustré son propose en citant l’exemple de la dénutrition qui ne peut être décorrélée du changement climatique. La présentation de la stratégie a eu lieu à Lyon où une académie de l’OMS doit ouvrir à l’automne 2024 et qui sera un futur centre de formation de référence des professionnels-les de santé du monde entier.