Second mandat pour Tedros

5 Juin 2022
1 009 lectures
Notez l'article : 
0
 

Premier Africain à diriger l'Organisation mondiale de la santé (OMS), l'Éthiopien Tedros Adhanom Ghebreyesus, a été reconduit mardi 24 mai pour un second mandat. Les jeux étaient quasiment faits avant le vote à bulletins secrets lors de l'Assemblée mondiale qui s’est tenue, fin mai, à Genève : le docteur Tedros, comme il aime à se faire appeler, était le seul candidat en lice et soutenu par de nombreux États membres, qui pèsent lourd dans l'Organisation mondiale de la santé, rappelle l’AFP.  Selon plusieurs sources, il a obtenu 155 voix contre 5. « Cette pandémie a été totalement sans précédent et nous avons construit le bateau pendant que nous naviguions », a reconnu le Dr Tedros à propos de la Covid-19, et d'ajouter : « J'espère que nous serons capables d'empêcher la prochaine pandémie ou de la gérer aussi efficacement que possible ». Le directeur général de l’OMS a exposé ses priorités devant l'Assemblée : s'assurer que les gens sont en bonne santé ; mettre les soins primaires au cœur de la couverture santé universelle ; la préparation et la réponse aux urgences ; les outils permettant de mieux prévenir et guérir. Et il a gardé pour la fin la promesse « de renforcer l'amélioration constante de l'OMS ». « Il reste encore beaucoup à faire pour moderniser l'OMS pour qu'elle soit beaucoup plus efficace et réactive et nous savons que vous vous y engagez », a souligné, en réponse, Loyce Pace, représentante de l'administration américaine, se faisant l'écho d'un sentiment largement partagé parmi les membres. De fait, le premier mandat du Dr Tedros n'a pas été sans accrocs comme l'attitude jugée trop conciliante envers la Chine en début de la Covid-19 avant qu'un ton plus ferme ne lui vaille les réprimandes de Pékin. On lui a aussi reproché une réaction trop lente sur le scandale d'exploitation sexuelle dont sont accusés certains employés de l’OMS. Et la pandémie a aussi montré que ses appels restent souvent sans écho notamment quand il réclame plus de moyens pour les pays les plus pauvres.