Sécu : serrage de vis

16 Octobre 2021
383 lectures
Notez l'article : 
0
 

La crise sanitaire de la Covid-19 a replongé la Sécurité sociale dans un « déficit sans issue », à moins « d'engager des actions résolues » pour limiter « significativement » les dépenses, estime la Cour des comptes dans un rapport publié le 5 octobre dernier. Après les pertes majeures enregistrées en 2020 et 2021, la Sécu va un peu se rétablir, mais reste confrontée à « la perspective de déficits permanents dépassant 10 milliards d'euros à partir de 2024 », avance la Cour des comptes. Une situation jugée « problématique », car « cela signifie que les dépenses de soins ou les pensions versées aujourd'hui devront être financées par nos enfants ou nos petits-enfants », a souligné l’institution. La dégradation des comptes doit beaucoup aux réponses pour faire face à la Covid-19 (prise en charge des dépistages, par exemple) et aux engagements financiers pris dans le cadre du « Ségur de la santé », dont dix milliards de « revalorisations salariales à caractère pérenne ». À moins d'un nouveau report du remboursement du « trou de la Sécu » au-delà de 2033, « des choix devront être faits », prévient la Cour, qui penche, sans surprise, pour « un effort de redressement axé sur les dépenses », en particulier « dans les domaines de l'assurance-maladie et des retraites ». En clair, après avoir ouvert en grand les vannes du « quoi qu'il en coûte », le gouvernement est prié de fermer les robinets : fin de la prise en charge à 100 % des téléconsultations, poursuite des baisses de tarifs pour les laboratoires d'analyse médicale, reprise « à plus large échelle » des contrôles visant aussi bien les assurés-es que les soignants-es. « Il y a un enjeu fort, pour l'avenir de la Sécurité sociale, à reprendre en main l'évolution des dépenses d'assurance maladie », a souligné Pierre Moscovici, président de la Cour des comptes, assurant que « la philosophie de la Cour n'est pas l'austérité, ni la réduction des droits ».

Commentaires

Portrait de jl06

 Ne nous plaignons pas quand même , aprés les abus se paye aussi par la collectivité ....

pensez a vos enfants dans le merdier ou ils se retrouveront un jour ....