Sécuriser les doses de vaccins

27 Janvier 2021
834 lectures
Notez l'article : 
0
 

On hausse le ton. L'Italie poursuivra les laboratoires pharmaceutiques Pfizer Inc et AstraZeneca pour les retards de livraison des vaccins contre la Covid-19, dans l'idée de sécuriser les doses qui avaient été négociées plutôt que pour réclamer des dommages-intérêts, a indiqué (24 janvier) le ministre des Affaires étrangères Luigi Di Maio. « Nous faisons en sorte que notre programme de vaccination ne change pas », a dit Luigi Di Maio, interrogé sur la chaîne publique RAI. Le 23 janvier, le président du Conseil italien, Giuseppe Conte, avait déclaré que les retards dans la livraison de vaccins étaient inacceptables et constituaient de graves violations des accords contractuels. De son côté, le président du Conseil européen, Charles Michel, a confirmé (24 janvier) que l'Union européenne utiliserait tous les moyens juridiques dont elle dispose pour faire respecter ses contrats passés avec les mêmes fournisseurs. Pfizer a annoncé la semaine dernière un ralentissement de sa production pour modifier le processus de fabrication du vaccin, de façon à l'accélérer ensuite. Le 22 janvier, le laboratoire Asztrazeneca, dont le vaccin est très attendu par les autorités car peu coûteux (deux euros la dose au lieu de 15) et facilement transportable (il se conserve dans un frigo classique), a prévenu l'Union européenne qu'il réduirait probablement ses livraisons d'environ 60 % au premier trimestre en raison de problèmes de production, selon une source. « Ce que nous demandons à ces entreprises, c'est un dialogue transparent », a déclaré Charles Michel.  « Il est certain (...), que nous entendons faire respecter les contrats qui ont été validés par les entreprises pharmaceutiques », a affirmé le président du Conseil qui représente les 27 États-membres de l'Union européenne.  L'UE a signé au total six contrats pour des vaccins avec des laboratoires pharmaceutiques et est en discussion avec deux autres, pour plus de 2,5 milliards de doses potentielles. Ces perturbations retarderont la vaccination des plus de 80 ans de quatre semaines en Italie, et du reste de la population de six à huit semaines, a expliqué Pierpaolo Sileri, secrétaire d'État auprès du ministre de la Santé italien.

 

Commentaires

Portrait de jl06

Vaccin russe : la Hongrie fait cavalier seul et va acheter de "larges quantités" de Spoutnik

La Russie affirme que son vaccin contre le Covid-19 - baptisé "Spoutnik V" - sera mis en circulation dès le 1er janvier 2021. − HANDOUT / RUSSIAN DIRECT INVESTMENT FUND / AFP

CAVALIER SEUL - Le gouvernement hongrois a annoncé vendredi avoir conclu un accord pour acheter de "larges quantités" du vaccin russe, pas encore autorisé par les autorités sanitaires européennes.

22 janv. 2021 12:25

"Des détails seront donnés plus tard". En visite à Moscou, le ministre hongrois des Affaires étrangères Peter Szijjarto, a annoncé vendredi dans une vidéo postée sur son compte Facebook, la signature d'un accord avec la Russie pour acheter de "larges quantités" du vaccin Spoutnik V. 

Cette annonce intervient alors le régulateur hongrois a donné son feu vert à l'utilisation du sérum russe cette semaine, sur fond de critiques de Budapest à l'égard des "lenteurs" du processus d'approbation des vaccins par l'Agence européenne des médicaments (EMA).

Seuls deux vaccins sont actuellement autorisés dans l'UE : Pfizer-BioNTech et Moderna. L'avis sur celui d'AstraZeneca, déjà utilisé au Royaume-Uni, doit intervenir avant la fin du mois. Le Premier ministre souverainiste Viktor Orban a redit vendredi son impatience, au lendemain d'un sommet des Vingt-Sept par vidéoconférence sur le sujet. 

S'il n'y a pas de vaccin de l'Union, prenons-le ailleurs- Viktor Orban

"Nous devrons affronter le fait que quelque chose ne tourne pas rond au niveau de l'UE", a-t-il fustigé à l'occasion de sa traditionnelle interview radiophonique hebdomadaire. "S'il n'y a pas de vaccin de l'Union, prenons-le ailleurs. Il n'est pas possible que les Hongrois meurent à cause de ça", a ajouté le dirigeant, coutumier des bras de fer avec Bruxelles. 

"La Hongrie est le premier pays de l'UE à prendre conscience des avantages de Spoutnik V", s'était félicité jeudi dans un communiqué Kirill Dmitriev, le directeur du Fonds souverain russe (RDIF) qui a financé la mise au point du vaccin.  La Hongrie a par ailleurs commandé un million de doses du vaccin chinois Sinopharm et attend le feu vert des inspecteurs hongrois, qui se trouvent actuellement à Pékin.

Les autorités russes ont déposé une demande d'enregistrement dans l'UE de Spoutnik V, efficace à plus de 90% d'après Moscou, mais l'EMA n'a pas encore entamé la procédure d'examen. S'il s'était attiré des critiques quand il avait été homologué en août 2020, il a depuis été administré à plus de 1,5 million de personnes, selon la Russie qui en a fait un instrument d'influence géopolitique.

 

 

 lA SOLUTION ..................... sortir les Grigris et pattes de Lapin .....vu que Bruxelle et Pommée !Foot in Mouth 

 « La patience adoucit tout mal sans remède » (Horace).

Portrait de sonia

Rassurez-vous, le Maroc vaccine avec le vaccin chinois. Ils vont se croiser avec les autres vaccins. Ça va faire de jolis mutants.