Sérophobie : la Chine déraille

27 Octobre 2013
2 236 lectures
Notez l'article : 
0
 

L’ONUSIDA s'est déclarée (14 octobre) opposée à un projet de loi des autorités chinoises prévoyant d'interdire aux personnes vivant avec le VIH l'accès aux bains publics et aux clubs de remise en forme. Rendu public par le Conseil des affaires de l'Etat (gouvernement) sur son site internet, le nouveau règlement envisagé obligerait les établissements chinois de spas et de bains publics à afficher des panneaux interdisant l'entrée aux "personnes porteuses d'une maladie sexuellement transmissible, du virus HIV et de pathologies cutanées contagieuses". L’ONUSIDA "recommande que soient retirées du projet de loi final les restrictions empêchant aux séropositifs d'avoir accès aux bains publics, aux spas ainsi qu'aux autres établissements similaires", a déclaré à l'AFP Hedia Belhadj, coordinatrice de l'agence onusienne en Chine. L'ONUSIDA estime que la Chine compte 780 000 personnes vivant avec le VIH. Des organisations non gouvernementales et d'autres associations de soutien aux séropositifs ont aussi exprimé leur opposition au projet de loi, actuellement soumis à un examen du public. "L'unique objet de ce projet de texte est d'exercer une discrimination à l'encontre de ceux qui souffrent du sida", a déclaré à l'AFP Yu Fangqiang, directeur d'une ONG basée à Nankin. Son organisation et cinq autres ONG travaillent ensemble pour apporter une riposte commune au projet de loi, a-t-il assuré. La Chine n'a annulé qu'en 2010 une loi controversée interdisant aux étrangers séropositifs d'entrer sur son territoire. Et voilà de nouveau, un projet objectivement sérophobe et un non sens du point de vue de la santé.