Sex Education : le VIH en 30 secondes !

6 Octobre 2021
803 lectures
Notez l'article : 
0
 

Après 18 mois d’attente (due à vous savez quoi), la troisième saison de Sex Education est arrivée sur Netflix le 17 septembre dernier. Cette série britannique lancée en janvier 2019 raconte les aventures amoureuses et sexuelles d’une bande d’amis-es pendant leurs années lycée dans une petite ville fictive de Moordale, un paradis perdu, presque onirique, de la campagne anglaise. Depuis la première saison Sex Education aborde toutes les sexualités sans tabou. Dans cette troisième saison, la série met l’accent sur une sexualité positive, assumée et heureuse et continue son travail de pédagogie et de diversité. La saison 2 comptait déjà neuf personnages LGBT (Éric, Adam, Rahim, Anwar, Nick, Ola, Lily et les mères de Jackson) et cette nouvelle saison introduit pour la première fois deux personnages non binaires. Sur Twitter, un-e fan de la série commente : « Il y a une personne non binaire qui utilise les pronoms they/them, c’est la première fois que je vois une représentation de nous à l’écran et purée, encore une fois ça fait du bien ». Par ailleurs, l’épisode 4 de cette saison 3 propose une scène courte mais très importante durant laquelle un dialogue entre un lycéen gay et une infirmière se transforme en fabuleux plaidoyer pour la Prep et le Tasp. Dans la scène, l’infirmière demande au lycéen s’il a déjà eu des relations sexuelles non protégées par un préservatif et il répond en disant : « Chaque film que j’ai jamais vu avec une personne gay se termine par des relations sexuelles et la mort du sida. Je ne veux pas mourir. Alors, ouais, j’utilise toujours un préservatif ». L’infirmière la rassure en 30 secondes chrono : « Tant que vous et votre partenaire, ou vos partenaires, pratiquez du safe sex et faites des tests réguliers, vous avez très peu de chances de contracter le VIH. Il existe maintenant un traitement appelé la Prep qui protège les personnes contre le VIH si elles s’engagent dans des relations sexuelles occasionnelles dans des situations qui pourraient les mettre à haut risque ». Et l’infirmière d’ajouter : « Et pour ceux qui contractent le virus, il existe maintenant des traitements qui leur permettent de vivre longtemps et en bonne santé, voire d’atteindre le stade où le virus est indétectable, ce qui signifie qu’il ne peut pas être transmis à quelqu’un d’autre. Donc, je ne pense pas que vous allez mourir avant un moment ». Suite à cet épisode, Jo Brassington, un activiste LGBT anglais a tweeté l’extrait en commentant : « une séquence de 30 secondes de #SexEducation fait plus que la plupart de nos lycées en cinq ans ». Nul doute que Sex Education fait du bien aux millions de jeunes et moins jeunes qui la regardent à travers le monde. Une série qui dédramatise les sexualités avec humour, pédagogie et tendresse. Vivement la saison 4 !