Sexualités : le festival Jerk Off explose

Mercredi 4 Septembre 2019 - 20:00 au Dimanche 15 Septembre 2019 - 18:30
411 lectures
Notez l'article : 
5
 

C’est du 4 au 15 septembre, à Paris, au Carreau du Temple (2 rue Perrée - 75003 Paris. Métro : Temple / ligne 3 République / lignes 3, 5, 8, 9, 11. Bus / lignes 20, 65, 96. Infos au 01 83 81 93 30), au Point Éphémère (200 quai de Valmy - 75010 Paris. Métro : Jaurès / lignes 5, 2, 7bis  Louis Blanc / lignes 7 et 7bis. Bus / lignes 26, 46, 48. Infos au 01 40 34 02 48) et à la Galerie Éric Mouchet (45 Rue Jacob - 75006 Paris. Métro : Mabillon / ligne 10 ou Saint-Germain-Des-Prés / ligne 4. Infos au au 01 42 96 26 11) que se déroulera la prochaine édition du festival Jerk Off. Un festival qui « invite des artistes dont les propositions, les références et les imaginaires ne sont pas ceux de la norme hétérosexuelle dominante. Le festival entend proposer « d’autres visions », et « donner la priorité aux corps queers ». Autrement dit, Jerk Off est une manifestation créative qui fait de la représentation et de la visibilité des minorités sexuelles dans le champ de la culture son principal enjeu. C’est suffisamment rare pour être signalé… et soutenu. Évidemment, le festival entend surprendre par les visions qu’il défend tout autant que par sa façon de bousculer les carcans moraux… qui ont toujours la vie dure. Pour cette édition, sont proposés des spectacles de Michaël Allibert qui s’intéressent à la notion de contestation, aux manifestations ; de Matteo Sedda qui proposera un conte intime mettant en scène sa séropositivité ; de Viviana Moin et son cabaret expérimental qui évoque une Europe qui continue à produire de l’injustice et du mal-être ou encore de Vincent Voillat dont le travail fait écho à la question écologique. Dans cette édition 2019, la question féministe aura une place avec une invitation au festival Ladybug qui questionne la place des artistes femmes dans les arts numériques ou encore un spectacle de la jeune chorégraphe suédoise Ofelia Jarl Ortega dont la recherche s’articule autour des conditions de productions de l’érotisme féminin dans une société contemporaine post-pornographique, etc. Parmi les spectacles proposés, se trouve « POZ ! », un spectacle de danse de Matteo Sedda. « Dans ce voyage poétique retraçant le parcours initiatique d’une créature queer infectée par le VIH, Matteo Sedda livre une expérience sensorielle à couper le souffle », explique le programme du festival. « POZ ! n’est autre que le fruit d’un récit autobiographique sublimé par la danse, la performance et le texte. Ce projet montre la complexité de la vie d’une personne séropositive et fait état de la pression mentale et sociale générée par le virus ». Loin du discours classique, l’artiste traite ce sujet lourd avec une esthétique pop et légère, créant un message fort, vital. Il puise ses références dans les années 80-90 en y incorporant de la danse urbaine (Vogue Fem) et en s’inspirant des costumes de scènes de Leigh Bowery (que certains Aficionados du Palace ont pu croiser dans les années 80, à Paris) et de Freddie Mercury. « POZ ! » sera présenté le 4 septembre à 20 heures au Point Éphémère. Retrouvez toute la programmation du festival Jerk Off, pluridisciplinaire et indiscipliné.