Signaler ses effets indésirables en ligne

27 Mars 2017
2 455 lectures
Notez l'article : 
0
 

La ministre de la Santé Marisol Touraine a lancé le 14 mars le portail internet de signalement des événements sanitaires indésirables. Ce portail mis en place par l'Agence de sécurité du médicament et le ministère de la santé (ANSM) permet aux professionnels de santé comme aux personnes utilisatrices de médicaments, de dispositifs médicaux ou actes de soin, de signaler les problèmes d’effets indésirables. Ce service est accessible en ligne. AIDES, avec le TRT-5, participe depuis 15 ans à la montée en charge progressive de la déclaration des événements indésirables des médicaments par les personnes elles-mêmes, sans que cela reste pour toujours réservé aux seuls soignants avec le biais que cela constitue… Quand on prescrit, on a évidemment pas la même perception des effets indésirables que lorsqu’on les subit dans sa vie et qu’ils ont un impact sur la qualité de vie. Les premières études sur la pertinence de la déclaration par les personnes elles-mêmes ont été faites dans le VIH il y a près de 15 ans. Les déclarations sur des formulaires papier ont été testées avec le TRT-5 avant leur mise en place il y a quelques années. Les associations ont accompagné le développement de ce site qui est très pédago, plutôt clair. Pourquoi signaler les effets indésirables ?  Les autorités de santé expliquent que cela permet d’identifier de nouveaux risques et mieux connaître ceux qui sont déjà identifiés et de mettre en œuvre des mesures pour prévenir ou limiter ces risques sanitaires, par la diffusion de mises en garde ou le retrait du marché de certains produits. D’un côté plus individuel, on peut se dire que remplir cette déclaration peut aider et permet de mieux se préparer à en parler avec son médecin pendant une consultation. Par ailleurs, l'idée autour de l'enquête EVE, menée par AIDES en partenariat avec des chercheuses, sur le vécu et l'écoute médicale concernant les événements indésirables chez les femmes, était de démontrer l'importance de se faire l’écho d'effets indésirables vécus au sein d'un groupe populationnel pour qu'ils puissent être rendus audibles, et donc ensuite écoutés en situations individuelles lors des consultations. La mise en évidence d'événements indésirables dans certains groupes gagnerait à avoir un écho plus fort auprès des instances de santé. A la fois parce que la population peut être plus vulnérable socialement (et, de ce fait, moins écoutée ?) et aussi parce que des spécificités interviennent (on peut citer les interactions entre les traitements de substitution aux opiacés et les autres médicaments chez les personnes usagères de drogue, les hormonothérapies chez les personnes trans, etc.). Prévu par la loi de modernisation de notre système de santé, ce site permet à un professionnel de santé ou une personne usagère (seule ou avec l’aide d’une association) de déclarer directement en ligne un effet indésirable, d’être guidé-e vers des systèmes de télé-déclaration existants, comme par exemple le portail vigie-radiothérapie de l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN) et de l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) ; d’être informé-e sur la démarche à suivre pour certains signalements spécifiques qui nécessitent d’être effectués soit par un professionnel de santé (côté usager) ou par un professionnel spécialisé (côté professionnel).