Sports et activités ludiques : lesquels pratiquer pour ne pas se sentir exclu-e ?

6 Octobre 2015
6 524 lectures
Notez l'article : 
0
 

La présence du VIH et/ou des hépatites, associée à la prise d'un traitement, peut être une épreuve pour le corps... et l'esprit. Une activité physique ou sportive est alors fortement recommandée tant pour l'organisme que pour le mental : le système cardiovasculaire, la maitrise du poids, la répartition des graisses, les os, le sommeil et l'humeur se portent mieux ! Certain-e-s se tournent vers une activité physique (jardinage, marche, pêche, etc.) d'autres reprennent ou intensifient une activité sportive. Faire du sport rythme souvent avec exposer son corps, qui peut être marqué par les effets indésirables du VIH, des hépatites et des traitements, qu'ils soient réels ou ressentis, et se confronter au regard des autres. La pratique d'un sport collectif peut questionner le fait de révéler ou non son statut sérologique et ainsi faire planer une crainte irrationnelle de contamination au sein de l'équipe. Dans le passé, pour briser le tabou, des sportifs de renom comme  Magic Johnson ont fait état de leur statut sérologique, mais ils sont rares. Comment endosser le maillot du sportif sereinement ? Comment est-on accepté par le partenaire, l'équipe ou le groupe ? Certains sports sont-ils plus propices que d'autres à la vie avec le VIH et/ou une hépatite ? Venez discuter sport et activités physiques pendant le chat thématique du mardi 6 octobre, de 21h à 22h, en compagnie d'Ernesto.

Commentaires

Portrait de ernesto-seronet

Une équipe resserrée pour aborder ce thème de l'exclusion dans le sport, l'activité physique, dont l'exercice plus ou moins régulier est loin d'être évident pour tout le monde. Parmi les expériences évoquées, à l'annonce de la séropositivité quelque chose du jour au lendemain se casse, et des habitudes de pratiques sportives pourtant bien ancrées ne résistent pas quand le vih envahit l'esprit et en chasse même la conscience de son corps et la motivation à l'entretenir. Mais par la suite c'est le rapport à son corps, qui au-delà de l'âge peut être marqué par les traitements, l'image de soi, qui vont anéantir toute volonté : l'inhibition de l'exhibition d'un corps qu'on n'a pas envie de montrer en maillot de bain à la piscine, à la plage (de peur de faire fuir les dieux grecs au bord de la mer Egée), ne disparait que lorsque que l'assurance de n'être pas vu, non exposé au regard et au jugement des autres va permettre de livrer son corps par exemple à des exercices de balnéothérapîe. Cependant pour certains, une prise de conscience de la nécessité de se faire violence, pour échapper à la dépression, à la sclérose et se reprendre en main, vont ouvrir de nouveaux champs d'exercice : la marche, le jogging, le vélo, de route ou d'appartement, la piscine, la salle de gym et la musculation dans une pratique qui reste la plupart du temps solitaire, par choix pour goûter la sérénité de la solitude, ou parce qu'elle s'impose, à défaut d'autres cadres possibles d'exercice, ou par manque de temps. Et voir son corps changer, les masses se rééquilibrer, insuffle en soi une nouvelle dynamique et une volonté de persévérer. Cependant, un groupe de yoga, une annonce passée sur Seronet pour trouver des partenaires de sport (ou proposer une randonnée picnic pour bouger et se rencontrer) peuvent aussi donner l'occasion d'aller vers le collectif, et se forger une nouvelle motivation partagée, même si trouver des organismes ou partenaires semble plus facile à Paris qu'en province. Alors, au pire, à défaut du reste du corps, c'est l'oeil qu'on va soumettre à l'exercice en effeuillant les pages du calendrier des rugbymen ... avant qu'ils ne réveillent d'autres énergies ...

Vous êtes bien sûr encore et toujours encouragé-e-s à poster vos commentaires à la suite de celui-ci, et faire largement part de vos suggestions de thèmes que vous souhaiteriez aborder pour les chats des mois prochains.

La semaine prochaine en compagnie de Marisol Touraine, nous méditerons sur cette phrase attribuée à Winston Churchill, à qui on demandait son secret pour rester en bonne santé : "Whisky, cigars, … and no sports"

Portrait de jl06

J?ai la chance de vivre en bord de mer , donc ce mettre en maillot de bain , voir quand cela et possible faire du naturisme pour moi un reflexe normal , ,et l,hiver je suit en salle de remise en forme (cardio)  , quand le temp le permet je par en rando 1 semaine ....pour moi faire une activité et primordial et social ...je cherche absolument pas a avoir un corps de rugbymen !183/88kg ....

juste etre bien dans ma peau ! que cela et bien dit....mais voila à aucun moment on oublie le reste on et sero et on le reste !

donc temps que cela reste possible je bouje 

Portrait de tong.nat

Bien sur qu'a Paris il existe de nombreuses possibilitées de faire du sport,  Les adresses sont communiquées par AIDES ou bien la FSGL Fédération  Sportive  Gaie et Lesbienne. Sans être des champions il y a toujours un creneau pour ceux qui ont des difficultées vis à vis des biens portants.

En province il convient d se renseigner auprès des assoc. de la région ou tout simplement de regarder les cours de gym le matin sur la chaine D8 le matin à 6 h 45, c'est un peu tôt ,mais on peut les avoir en redifussion sur le site.

Dans chaque Mairie il existe un office du Mouvement sportif qui regroupe les clubs et Associations Sportives

Alors il faut se bouger......Courage ne fuyons pas!!!Cool