Supprimer l'AME "nuirait à la santé des Français"

29 Avril 2017
2 314 lectures
Notez l'article : 
0
 

Dans son programme, le Front national propose de supprimer l’AME (aide médicale d'Etat), c’est même une des dix premières mesures qui seraient prises si le partie d’extrême droite arrivait au pouvoir. Le groupe de réflexion Terra Nova, classé à gauche, estime dans un avis rendu public le 25 avril que supprimer l'aide médicale d'Etat (AME) permettrait de faire peu d'économies et pourrait "nuire à la santé des Français". Marine Le Pen veut supprimer cette prise en charge médicale instaurée en 2000 pour les étrangers sans papiers résidant en France depuis plus de trois mois qui en font la demande. La candidate d’extrême-droite se dit favorable à une aide exclusivement applicable en cas de pronostic vital engagé ou pour les patients présentant un risque de santé publique. Pour Terra Nova, "les dépenses liées à l'AME sont une goutte d'eau dans un océan de dépenses de santé", note l’AFP. Le think tank précise qu'elles représentent 0,4 % de l'ensemble des dépenses de santé en France, qui s'élèvent à 195 milliards d'euros, soit 765 millions d'euros. Il est "difficile d'évaluer l'économie nette potentielle, si, comme le suggère la candidate d'extrême droite, ce dispositif était supprimé et remplacé par une aide médicale temporaire pour les urgences sanitaires et les maladies contagieuses", poursuit Terra Nova. En outre, il estime que ses 316 314 bénéficiaires (au 31 décembre 2015), dont 21 081 en Outre-mer, sont "légitimes". Plutôt jeune (41 % ont moins de 30 ans) et masculine (57 % sont des hommes), la population des bénéficiaires présente un "état sanitaire plus dégradé que les assurés du même âge", vit souvent "en grande précarité" et consomme "plus fréquemment des médicaments indiqués dans des pathologies sévères", telles que les hépatites, les cancers ou le diabète, précise l’AFP. Pour Terra Nova, "cette prestation a donc un double objectif : humanitaire et sanitaire". "En éloignant les publics concernés du système de soins, le risque est grand de faciliter la propagation de pathologies. Autrement dit, l'AME, comme d'autres dispositifs de santé publique, ne protège pas seulement des "clandestins" comme aime à le rappeler la candidate d'extrême droite, mais aussi l'ensemble de la population française", poursuit-il.