Tabac et VIH

20 Février 2009
587 lectures
Notez l'article : 
0
 
croi2010_v.jpg

Le taux de fumeurs est plus élevé chez les personnes séropositives que dans la population générale. La plupart des fumeurs séropositifs n’arrivent pas à arrêter malgré le risque élevé de problèmes cardiovasculaires. L’analyse de données issues d’une cohorte internationale (D.A.D) a démontré que ce risque baisse significativement avec le temps après l’arrêt du tabac dans les trois premières années, en comparant les données recueillies auprès de plus de 27 000 personnes séropositives, fumeurs actuels ou anciens fumeurs. Un argument de poids pour renforcer l’aide au sevrage du tabac chez les personnes infectées par le VIH.