Tabac : la Loi Evin doit être mieux appliquée

18 Janvier 2016
913 lectures
Notez l'article : 
0
 

La loi Evin doit être mieux appliquée pour lutter efficacement contre le tabagisme, qui demeure "un fléau", a expliqué le 8 janvier dernier la députée socialiste et ancienne ministre Michèle Delaunay, dénonçant les violations de la loi notamment en matière de publicité ainsi qu'au cinéma et à la télévision. "C'est un véritable fléau. Un fumeur sur deux meurt du tabac, 220 personnes en meurent chaque jour", a rappelé Michèle Delaunay qui est également présidente de l'Alliance contre le tabac, une structure qui réunit une trentaine d'associations engagées contre le tabagisme. "C'est aussi un carnage financier", a-t-elle commenté, précisant que 25,9 milliards d'euros par an étaient affectés aux dépenses sanitaires liées au tabagisme, "trois fois le déficit de la sécurité sociale". Le coût annuel sanitaire et social est estimé à 120 milliards d'euros, loin d'être compensé par les 14 milliards de rentrée fiscale (TVA incluse) générés par la vente de tabac, a détaillé la parlementaire. L'adoption définitive du paquet de cigarettes neutre (même forme, même taille, même couleur et même typographie, sans logo) par le Parlement, obligatoire à partir du mois de mai 2016, est une bonne chose selon Michèle Delaunay. De son côté, l’ancien ministre Claude Evin a estimé, dans une interview au "Journal du Dimanche" (11 janvier) que seule une augmentation brutale du prix du tabac pouvait avoir un effet dissuasif. "Il s'agit de changer les comportements. Et pour les changer, il faut des électrochocs", a-t-il dit. Ce que des hausses progressives ne produisent pas.

Commentaires

Portrait de Yvon Novy

Que Michele Delaunay et France sans Tabac luttent contre le tabagisme, c'est bien. Mais aider les fumeurs serait mieux.

Que propose France sans Tabac comme solution, comme aide aux fumeurs ?

Pourquoi la cigarette électronique, pourtant considérée aujourd'hui par de nombreux médecins, spécialistes des addictions ou de santé publique comme un outil révolutionnaire dans la lutte, une porte de sortie du tabagisme, un moyen de Réduction du Risque inespéré, n'a t'il pas Droit de cité, auprès de France sans Tabac ?

Pourquoi ceux qui tentent, ne serait-ce que de parler de cigarette électronique auprès de France sans Tabac sur les réseaux sociaux, se voient-ils bannis et bloqués, quand ils ne sont pas traités par le mépris ?

Lutte contre le tabagisme, c'est bien.

Mais malheureusement, Michele Delaunay et France sans Tabac luttent surtout CONTRE les FUMEURS !

Pour ceux qui voudraient voir plus de 1000 témoignages de ces ex-fumeurs que le gouvernement, la Ministre de la santé ou les associations anti tabac ne veulent entendre :

https://twitter.com/LaissezNsVaper

Ces témoignages ont même été publié dans un livre, actuellement en cours de distribution aux décideurs politiques, aux députés et aux médias :

https://www.facebook.com/vapyou/posts/475035776036629