Taxe Robin : Hollande sort un peu du bois

10 Mars 2012
1 760 lectures
Notez l'article : 
0
 
Marianne.jpg

Interpellé le 13 février dans une lettre ouverte publiée dans "Libération" par seize organisations non gouvernementales à propos de la taxe sur les transactions financières, dites aussi "Robin des Bois", François Hollande, candidat du Parti socialiste à l’élection présidentielle, a répondu dans le même journal (27 février). Favorable à cette taxe, François Hollande estime que la taxe votée par l’actuelle majorité "souffre d’un grave manque d’ambition qui [la] privera de toute efficacité, tant pour lutter contre la spéculation que pour lever des recettes significatives". "Parmi les 60 engagements que j’ai pris devant les Français, j’ai proposé de créer une taxe sur toutes les transactions financières, dont vous aurez compris qu’elle sera plus ambitieuse que celle proposée par la majorité sortante, avance le candidat socialiste (…) L’affectation de cette taxe fait débat. La majorité actuelle est revenue sur ses engagements antérieurs, en refusant qu’une part même modeste du produit de cette taxation soit consacrée au financement du développement et à la lutte contre le changement climatique. Les pays pauvres ont pourtant été frappés durement par la crise des marchés financiers des pays développés, puis par la crise économique". Quelles propositions alors ? "Je propose en conséquence que cette taxe européenne soit affectée dans trois grandes directions : la solidarité européenne, par la lutte contre le surendettement des Etats, la croissance européenne, par le financement de grands projets ; le financement international du développement et de la lutte contre le changement climatique". François Hollande annonce, par ailleurs, qu’une "loi de programmation sera adoptée pour encadrer cet effort [l’objectif est de consacrer 0,7% de son PIB à l’aide au développement, ndlr], faire la transparence sur l’aide française [au développement] et la rendre lisible et efficace". On notera que l’engagement est pris de renforcer l’aide au développement (dont la santé) avec le produit dégagé par la TTF, mais aucun chiffre sur la répartition entre ces trois grandes directions n’est annoncé. De quoi s’inquiéter ?