TDS : projet Jasmine

16 Décembre 2020
482 lectures
Notez l'article : 
0
 

Depuis l’instauration de la loi du 13 avril 2016 visant à « renforcer la lutte contre le système prostitutionnel et à accompagner les personnes prostituées » dite loi de pénalisation du client, les violences à l’encontre des travailleurs-ses du sexe se sont accrues. Le phénomène a d’ailleurs pris une ampleur particulière avec la crise de la Covid-19 et les deux périodes de confinement qui en ont découlé, comme le constate l’édition 2020 du Rapport VIH/hépatites : la face cachée des discriminations. Afin de lutter contre les violences sexuelles et agressions physiques à l’encontre des personnes travailleuses du sexe, AIDES et Médecins du Monde ont signé une convention de partenariat pour que soit utilisée dans les actions de AIDES la plate-forme numérique du programme Jasmine de lutte contre les violences faites aux travailleurs-ses du sexe. Le programme Jasmine c'est : un système d’alerte pour y faire un signalement (description physique de l’agresseur, son numéro de téléphone, etc.) générant une alerte qui sera envoyée à l’ensemble des travailleurs-ses inscrits-es sur le site et aux associations pour qu’elles puissent en être le relais auprès des personnes rencontrées dans les actions physiques ; l’accès à un contenu adapté et actualisé et favoriser l’accès à la santé, aux droits et aux techniques d’autodéfense ; une carte géo-localisée de diverses structures (associations communautaires TDS, alliées ou autres, Cegidd, commissariat, etc.) de l’ensemble de la France avec un système de géolocalisation. Dans le cadre de cette convention, AIDES s’engage à : faire la promotion de l’outil dans les actions de réduction des risques auprès des travailleurs-ses dans ses actions physiques et numériques ; procéder à des signalements à la place des TDS non inscrits-es à partir de leurs témoignages ; diffuser les alertes lors des actions physiques selon les conditions précisées dans la convention ; coopter et permettre l’inscription de TDS non inscrits-es sur la plate-forme et contribuer à leur autonomie ; en fonction de l’offre disponible, proposer un accompagnement global aux personnes travailleuses du sexe victimes de violences qui le souhaiteraient. L’intégration de la plate-forme Jasmine dans les actions de RDR et les accompagnements proposés prouve que AIDES a pleinement pris conscience des violences faites aux TDS et de la nécessité de trouver des solutions opérantes et efficaces pour lutter efficacement contre, tout en menant un plaidoyer pour abroger des lois répressives et renforcer leurs droits.