Test HPV recommandé

7 Août 2020
514 lectures
Notez l'article : 
5
 

Les modalités de dépistage du cancer du col de l’utérus chez les femmes âgées de 30 à 65 ans ont évolué. La Haute Autorité de santé (HAS) recommande que le test HPV (dépistage du papillomavirus humain), plus efficace pour ces femmes, remplace l’examen cytologique (1). À la différence de l’examen cytologique qui s’intéresse à la morphologie des cellules, le test HPV cherche la présence d’ADN du virus HPV à haut risque chez les femmes. Ces deux tests sont réalisés par prélèvement de cellules au niveau du col de l’utérus (appelé « frottis »). L’infection à papillomavirus humain (HPV) est l’infection sexuellement transmissible la plus fréquente. Près de 80 % des personnes (hommes et femmes confondus) seront infectées au cours de leur vie.  La plupart du temps, l’infection est transitoire car l’organisme élimine spontanément le virus. Mais dans près de 10 % des cas, le papillomavirus persiste. S’il s’agit d’un HPV dit « à haut risque », il peut évoluer en cancer. Le dépistage permet de détecter des anomalies des cellules du col de l’utérus et de les traiter avant qu’elles n’évoluent en cancer ou de diagnostiquer des cancers à un stade précoce et ainsi d’améliorer les chances de guérison, rappellent les autorités de santé. Pour informer les femmes, la HAS met à disposition sur son site un document sous la forme de « Questions/réponses ». Conçu en collaboration avec Santé publique France (SPF) et l’Institut national du cancer (INCa), il vise à apporter des précisions sur l’infection à papillomavirus humains (HPV) et ses modes de transmission, ainsi que sur la prévention et les nouvelles modalités de dépistage en fonction de l’âge. Depuis mai 2018, le dépistage du cancer du col de l’utérus s’appuie sur un programme national de dépistage. Il s’adresse à toutes les femmes entre 25 et 65 ans. Les femmes non dépistées selon le rythme recommandé reçoivent du centre régional de coordination des dépistages des cancers un courrier les invitant à réaliser un dépistage, remboursé à 100 %. Les modalités de dépistage varient désormais selon l’âge des femmes : pour les femmes entre 25 et 29 ans : le test de dépistage est réalisé par examen cytologique tous les trois ans, après deux premiers tests réalisés à un an d’intervalle et dont les résultats sont normaux ; pour les femmes de 30 ans à 65 ans, la HAS a fait évoluer les modalités de dépistage. Elle recommande que le test HPV, plus efficace pour ces femmes, remplace l’examen cytologique. Le test HPV est réalisé trois ans après le dernier examen cytologique dont le résultat est normal. Un nouveau test est refait tous les cinq ans, jusqu’à l’âge de 65 ans, dès lors que le résultat du test est négatif. Ce test HPV est remboursé à 70 % par l’assurance maladie.

(1) : Analyse des cellules présentes dans les substances provenant du corps d'une personne (crachats, urine, sang, etc.), pour rechercher une maladie.