Tests salivaires : les recos

20 Février 2021
378 lectures
Notez l'article : 
4
 

Le 11 février, la Haute autorité de santé (HAS) a publié un avis relatif aux tests de dépistage de la Covid-19 RT-PCR salivaires. Les résultats de récentes études cliniques et les travaux conduits par la HAS concluent à une « bonne sensibilité des tests RT-PCR salivaires » et sont « en faveur d'une extension de leurs indications ». Dans un précédent avis, la HAS avait établi « la bonne sensibilité des tests RT-CPR sur prélèvement salivaire », à partir d’une méta-analyse menée sur les publications scientifiques les plus récentes au niveau national et international. « La sensibilité de ces tests est ainsi estimée à 85 %, ce qui est légèrement inférieur (3 % à 11 %) à celle des tests RT-PCR sur prélèvement nasopharyngé, mais reste supérieur aux seuils fixés par la HAS pour valider les tests », indique un communiqué de l’agence sanitaire. Le test RT-PCR nasopharyngé (écouvillon introduit dans le nez) possède aujourd'hui les meilleures performances cliniques. Toutefois, le prélèvement nasopharyngé étant invasif, il n'est pas adapté à toutes les situations, particulièrement lorsque le test doit être répété. La HAS est désormais favorable à la prise en charge des tests RT-PCR sur prélèvement salivaire dans deux nouvelles indications : en seconde intention chez les personnes contact pour qui un prélèvement nasopharyngé n'est pas envisageable ; en première intention dans le cadre de dépistages ciblés à large échelle en particulier s'ils sont répétés régulièrement : au sein d'écoles, d'universités, pour le personnel des établissements de santé, des Ehpad, etc. Le temps de rendu du résultat d'un test RT-PCR salivaire est le même que celui d'un test RT-PCR nasopharyngé. Il ne permet pas de gain de temps, son principal apport est lié à son acceptabilité qui est bien meilleure. Le prélèvement salivaire peut être réalisé de manière assistée ou en auto-prélèvement au laboratoire de biologie médicale, au domicile ou sur un site de dépistage. S'il est difficile pour le patient de cracher (par exemple pour les très jeunes enfants), la salive peut être prélevée sous la langue à l'aide d'une pipette. Le prélèvement doit être réalisé 30 minutes après la dernière prise de boisson, d'aliment, de cigarette / e-cigarette, d'un brossage des dents ou d'un rinçage bucco-dentaire. Et l'échantillon recueilli doit être conservé dans un flacon sec et stérile à température ambiante. L'échantillon de salive recueillie dans ces conditions doit ensuite être analysé dans les 24 heures.