Traitement court dès la primo-infection

22 Février 2010
1 429 lectures
Notez l'article : 
0
 
croi2010_v.jpg

L’initiation d’un traitement court et précoce pendant les premiers mois suivant l'infection par le VIH, permet-elle d’augmenter la capacité du système immunitaire à gérer seul l’infection par la suite, à l’arrêt de ce traitement. C’est ce qu’a cherché à évaluer une étude américaine en comparant deux groupes de personnes nouvellement infectées : le premier groupe ne recevait aucun traitement et le deuxième groupe recevait un traitement contre le VIH pendant 9 mois, puis l’arrêtait. Les deux groupes recevaient par la suite un traitement en cas de besoin, selon les recommandations actuelles de prise en charge de l’infection par le VIH. Le comité de surveillance de l’essai a recommandé l’arrêt de la recherche vu que la stratégie de traitement précoce s’est avérée largement plus avantageuse que d’attendre la baisse des CD4 avant de traiter. Une étude suisse a, par ailleurs, démontré que l’utilisation précoce d’antirétroviraux au tout début de l’infection par le VIH permettait de réduire considérablement le taux de virus dans les réservoirs cellulaires, même après l’arrêt du traitement. Ces deux études confirment qu’un traitement court et précoce juste après la contamination par le VIH permet de retarder l’initiation du traitement antirétroviral par la suite en maintenant un taux élevé de CD4 et une charge virale basse.

 

Commentaires

Portrait de nathan

C'est une bonne nouvelle dans le sens aussi où psychologiquement cela peut inciter d'une part au dépistage systématique et régulier chez soi par exemple et préparer à la prescription d'un traitement à l'avenir dès le dépistage quelle que soit l'ancienneté de l'infection, un peu comme pour le diabète.

Cela me semble aussi poser la question de l'adaptation de l'agressivité des ARV en fonction de la virulence du virus afin de minorer le plus longtemps possible les effets secondaires non ?

Des thérapies light après les thérapies HAART ?