Traiter pour prévenir

7 Août 2008
1 168 lectures
Notez l'article : 
0
 
mexico_logo.jpg

"Nous savions depuis un moment que la généralisation de l'accès aux antirétroviraux (ARV) pouvait contribuer à réduire le nombre de nouvelles contaminations, mais nous étions loin d'imaginer le nombre de nouvelle infections qui pouvaient effectivement être évitées en élargissant l'accès aux ARV": intervenant à la Conférence internationale de Mexico, le président de l'International Aids Society, Julio Montaner, s'est ainsi félicité des résultats d'une étude sur les effets potentiels d'une extension de l'accès aux traitements. Utilisant un nouveau modèle mathématique pour évaluer ces effets sur les 25 dernières années, cette étude montre qu'augmenter l'accès aux ARV de 50%, 75%, et 90%-100% permettrait respectivement de réduire de 10, 50 et 60% le nombre annuel de nouvelles contaminations. "Plus vous traitez de personnes, plus vite vous engagez les personnes dans le traitement, plus grand est l'impact que vous obtenez sur l'épidémie", a résumé Julio Montaner.

 

Commentaires

Portrait de BESA

La conférence internationale de Mexico "validerait" ainsi une des recommandations suisse.
Portrait de ecceomo

Est ce que je peux dire que je ressent une joie intérieure immense de savoir que ce que je vis est ainsi porté/défendu à ce niveau ... suis je aveugle mais je me mets à croire au bonheur , cela représente un espoir tellement inimaginable et c'est putain bon dans le ventre ecceomo Positivement / / De passage avant compostage
Portrait de debarberas

petite interrogation à ce sujet: Traiter les séropos tout de suite aux antirétroviraux pourrait s'avérer utile en terme de santé publique (nous verrons bien les resultats de START à ce sujet). Okay la-dessus. Mais qu'en est-il de l'individu séropositif en lui-même? A-t-il intérêt pour sa santé/bien-être de se faire soigner avec 500 T4? Je pense nottament à ce mattraquage publicitaire qui dit que les médicaments ne sont pas "automatiques", et que l'on doit laisser à son corps la possibilité de se défendre lui-même dans certaines conditions. Traiter de suite ne reviendrait-il pas à couper toute possibilité à son corps de se battre, et en conséquence l'affaiblir, le rendant à la botte d'un traitement?

Ensuite, je pense que beaucoup de séropositif(VE)s sans traitement, et je suis dans ce cas, se sentent un peu plus "comme tout le monde" parce que justement ils ne sont pas encore traité. Je suis content et surtout plus serein d'avoir un corps qui résiste depuis 6 ans et me donne des résultats de quasi séro-négatif. Passer à un traitement (et je m'exprime à titre personel) me fera basculer plus amplement dans la "différence"... 

Je lance un peu la bouteille à la mer, si quelqu'un souhaite me répondre... à bientôt et bon courrage à tous!