Trans : vers la sortie des troubles mentaux dans la future CIM-11 ?

27 Août 2016
1 038 lectures
Notez l'article : 
5
 

Il est prévu en mai 2018 une révision de la classification internationale des maladies (dite CIM ou ICD en anglais : International statistical classification of diseases and related health problems). Cette classification statistique internationale des maladies et des problèmes de santé connexes est une classification médicale codifiée classifiant les maladies par catégories et un très vaste ensemble de signes, symptômes, lésions traumatiques, etc. La CIM est publiée par l’Organisation mondiale de la santé (OMS). Tous les Etats membres de l’OMS l’utilisent. Les médecins, les infirmières, les autres prestataires de soins, les chercheurs, les gestionnaires et les informaticiens du domaine de l’information sanitaire et les responsables du codage, les responsables politiques, les assureurs et les associations de patients en sont les premiers utilisateurs. Comme l’explique l’OMS, la CIM est importante parce qu’elle fournit un langage commun pour notifier et suivre les maladies. Cela permet au monde entier de comparer et d’échanger des données de manière cohérente et normalisée – entre les hôpitaux, les régions, les pays et au cours du temps. Cela facilite la collecte et le stockage des données en vue de l’analyse et de la prise de décision reposant sur des données factuelles. La CIM est révisée régulièrement pour mieux refléter les progrès accomplis dans les sciences et la pratique médicales. La prochaine CIM (c’est la onzième) pourrait constituer une avancée pour les personnes trans. En effet, comme l’explique le "Quotidien du Médecin" (27 juillet), une étude scientifique mexicaine plaide pour "la sortie" de la transidentité de la catégorie des "troubles mentaux". Cette étude a été publiée dans le "Lancent psychiatry". Ses résultats montrent que la "détresse et les difficultés que peuvent ressentir les personnes sont beaucoup plus liées aux expériences de rejet social, de stigmatisation et de violence qu'à la différence entre genre et sexe biologique". Du coup, les chercheurs plaident pour sortir le diagnostic de transidentité de la CIM-11. Par ailleurs, un groupe de travail de l’OMS propose de faire "passer l'identité transgenre du chapitre relatif aux troubles mentaux et comportementaux (où il figure actuellement depuis 1990) à un nouveau chapitre relatif à la santé sexuelle (ce qui serait une manière de dépsychiatriser sans dérembourser)". "La définition de l'identité transgenre comme un trouble mental a servi à justifier un déni de soins et à enfermer ces personnes dans une approche psychiatrique. Elle a aussi conduit des gouvernements à nier à ces personnes un statut légal, leurs droits humains, et leur capacité d'autodétermination", a dénoncé le Pr Geoffrey Reed, de l'Université nationale autonome de Mexico, un des responsables de l’étude citée par "Quotidien du Médecin".