Transactions financières : un appel à DSK

23 Mars 2010
485 lectures
Notez l'article : 
0
 
argent12_v.jpg

"Préoccupé". C'est l'état d'esprit du directeur général du Fonds mondial international (FMI), Dominique Strauss-Kahn qui s'est récemment exprimé devant le Parlement européen. Le motif d'inquiétude ? Le manque de volonté des gouvernements pour réguler le système financier. Des associations altermondialistes (Attac), de solidarité internationale (Oxfam) et de lutte contre le sida (AIDES, la Coalition Plus) en ont du coup profité pour demander à DSK "de mettre en cohérence ses propos et l’action du FMI". L'objet de l'attaque des associations est la décision prise par le FMI, avec l’appui de l’administration américaine, de faire cotiser les banques à un fonds d’assurance contre de futures faillites. Les organisations demandent à DSK "de renoncer à ce projet et de promouvoir une taxe sur les transactions financières. " "M. Strauss-Kahn devrait chercher à remédier aux conséquences de la crise actuelle en finançant la lutte contre la pauvreté et les grandes pandémies, ainsi que l’adaptation aux changements climatiques, en particulier dans les pays pauvres", expliquent les associations. Une taxe sur les transactions financières consiste en un "micro-prélèvement, par exemple de 0,05 %, sur l'ensemble des transactions financières (…) Elle pourrait générer jusqu'à 600 milliards de dollars par an, tout en encadrant fortement la spéculation, et ainsi contribuer au financement des biens publics mondiaux."