Transmission : une pop star poursuivie

15 Février 2010
13 885 lectures
Notez l'article : 
0
 
justice.png

Le Parquet de Darmstadt (Allemagne) a annoncé (12 février) la mise en accusation, pour préjudices corporels graves, de Nadja Benaissa, une des chanteuses du groupe de pop féminin allemand No Angels. Nadja Benaissa est une vedette de la chanson en Allemagne. La justice reproche à la jeune femme de ne pas avoir informé plusieurs partenaires sexuels qu'elle était séropositive. Selon l'acte d'accusation, la chanteuse, aujourd'hui âgée de 27 ans, a eu entre 2000 et 2004 cinq rapports sexuels non protégés avec au total trois partenaires, sans avoir informé ces derniers qu'elle était porteuse du virus du sida, ce dont elle était au courant depuis 1999. "Elle était donc consciente que chaque rapport sexuel non protégé pouvait entraîner la transmission du virus", a souligné le Parquet dans un communiqué cité par l'AFP. Il est "avéré que l'un de ces trois partenaires a été contaminé par le virus du sida lors d'un rapport avec Mme Benaissa", précise le Parquet. C'est la première fois qu'une affaire de ce genre concerne une célébrité en Allemagne.

Commentaires

Portrait de lilit88

dans toutes ces affaires ,ce qui me choque ,c'est que selon la justice ,seul le ou la personne séropositive doit portée la responsabilité de l'acte non protégé....on est deux dans l'histoire ,non?ces mecs là ne se protégeaient pas donc ,ils ne sont pas entièrement des victimes ,selon moi.
Portrait de maya

vaste fumisterie quand l'autre ne sait pas ce qu'il risque. il est ou le partage ??

de plus visiblement cette meuf n'était pas indétectable vu qu'elle a contaminé un type. ce qui est choquant c'est plutôt l'irresponsabilité de certains séropos.

la victimisation ca va bien...

c'est comme si tu roules dans une bagnole sans frein en le sachant et que tu estropies qq'un , la justice te condamneras et c'est normal... tu trouveras choquant que l'autre te traine en justice ? et tu diras  "bah il a qu'a pas avoir de bagnole, on sait bien que l'accident est toujours possible dès qu'on prend la route".

mouais... 

Portrait de Osmin

sans protection tu appelles ça ne pas connaître le risque ?? Il est sourd, aveugle et n'a jamais entendu parler de MST ton exemple ! Pour reprendre ta métaphore automobilistique, cela reviendrait, en fait, à piloter une voiture sans freins, et ensuite de s'étonner de finir dans un ravin, car le conducteur ne savait pas qu'une voiture sans freins ne peut pas...s'arrêter. Alors freinons tous ensemble et assumons tous ensemble notre part de responsabilité ! Ce n'est pas , j'ai la faiblesse de le croire, en culpabilisant à mort et en ostracisant les séropos que nous sommes tous (ou presque) ici , que l'on ralentira l'emballement du taux de nouvelles contaminations ! En revanche que la systématisation du dépistage chez toutes les personnes en age d'avoir des rapports sexuels soit une réalité, et une priorité voilà qui pourra commencer à inverser les courbes d'évolution de la transmission.
Portrait de maya

Dans la grande majorité des cas , les gens sont "sains" je regrette. .. Une société ne peut pas fonctionner en prenant le mensonge comme règle de conduite, surtout dans la sexualité qui à priori est aussi la ou se joue les sentiments. Les MST idem c'est peut être archi courant dans certains milieux mais pas pour la population générale . Si on arrêtait de se regarder le nombril on le verrait.la souffrance n'excuse pas tout. depuis quand une minorité malade serait LA Régle pour tous ? Parce que certaines personnes infectées n'ont pas le courage de parler ou alors qu'ils sont inconscients ?... Je doute qu'on puisse entendre ça ailleurs qu'ici . et ce N'est surement pas avec ce type d'attitudes qui refuse de se responsabiliser (je suis séropo non indétectable mais rien à battre les autres ont qu'à faire gaffe ) que nous allons aller mieux et serons mieux considérés. Mais bon... ce n'est que mon avis. "Presque toujours la responsabilité confère à l'homme de la grandeur" Zweig
Portrait de sonia

la difficulté pour le seropositif est la double responsabilité ; de se protéger lui même en même temps que l'autre (contre lui même), n'est ce pas une inégalité supplémentaire?
Portrait de jean-rene

Tu connais peut-être, Maya, ma position sur le sujet des contaminations par des séropos ; position qui en a déjà scandalisé plus d'un: "Les séropos sont plus mal dans leur tête que les séronegs du fait du rejet lié à leur séropositivité, Ils sont donc moins capables d'être responsables que les séronegs dans leur comportement sexuel. Les séronegs doivent donc prendre leurs responsabilités autant, sinon plus, que les séropos quant au risque de contamination dans un rapport sexuel". Le séroneg devrait donc systématiquement demander, avant un rapport sexuel non protégé, : "je suppose que tu es séroneg?". Et c'est seulement si le séropo répond "oui, je suis séroneg", qu'il peut être considéré comme seul responsable. Si le séroneg ne pose pas la question, pour moi, la responsabilité est partagée.
Portrait de frabro

Je pense que me sachant séropositif, c'est moi qui doit imposer le rapport protégé à mes partenaires non informés, surtout lors d'une rencontre uniquement sexe. Celà dit, nous ne savons même pas si la question a été posée dans ce cas précis, et s'il y a eu mensonge délibéré ou mensonge par omission. Nous ne savons pas non plus si la "star" était ou non traitée, indétectable... Nous ne savons pas la nature des rapports incriminés..Difficile d'apprécier réellement le risque avec si peu d'éléments. Pour reprendre l'analogie avec la route, excuseriez vous un alcoolo "mal dans sa tête" de conduire sa voiture bourré et d'écraser vos mômes à la sortie de l'école ?
Portrait de maya

moins capables d'être responsables ben voyons...mais bien sur ça doit enlever des neurones, du bon sens, la minorité malade et en situation détectable ( ça va réduire encore le %) serait la règle pour tous. les autres aussi doivent donc vivre avec notre sida ben après tout,... adapter une société de façon à ce que les plus défavorisés puissent vivre comme les autres ou au mieux est une chose normale, mais la on est plus dans ce registre du tout ni même dans la défense du droit des séropos mais dans la dictature de la précaution qui serait imposée à toute la société parce que le poucentage des personnes touchées considère que c'est aux autres de penser maladie quand eux n'ont pas à parler du risque qu'ils font courir... bonne chance avec ta théorie JR.... mal dans sa tête ça ne veut pas dire nuisible. .
Portrait de jean-rene

Quand on est "mal dans sa tête", on a des circonstances atténuantes si on est "nuisible"; c'est ce que plaident tous les avocats..
Portrait de jean-rene

Si beaucoup de médecins VIH envoient certains de leurs patients chez un psychologue de l'hôpital, c'est bien qu'il y a risque de mal-être psychologique quand on est séropo. Et cela sans parler des effets, récemment découverts, du VIH sur le cerveau, dont nous parle Nathan sur ce site.
Portrait de sonia

mettons une camisole chimique! le fameux vih dans le cerveau qui accelere le vieillissement de 15 voire 20 ans, super bonne nouvelle pour mettre tout le monde sous therapie quels que soient la charge virale et le nombre de CD4! Le constat? le preservatif n'est pas la solution ...proposition? donner un cachet de truvada à son partenaire seroneg? cf Hirschell
Portrait de yannnoo

Je trouve que l'irresponsabilité est partagée par les deux personnes.

Si on est S-, le bon sens veut qu'on se protège.

L'option de poser la question et de se satisfaire de la réponse me semble être la plus stupide.

Si on est S+, le bon sens veut qu'on prévienne l'autre.

On le fait déjà pour un simple rhume ("non, je ne t'embrasse pas aujourd'hui, j'ai la crève").

Il n'est pas normal de condamner uniquement le séropo tant que le séroneg a "obligation" d'être prudent. On exclue donc les couples qui ont passé le stade "dépistage + abandon de la capote". Dans ce cas, on ne peut plus reprocher au séroneg de ne pas avoir pris de précautions.

Et pour en revenir à l'article, je ne savais pas qu'on savait identifié le contaminant !!!

 Le parquet dit : Il est "avéré que l'un de ces trois partenaires a été contaminé par le virus du sida lors d'un rapport avec Mme Benaissa".

"... lors d'un rapport avec Mme Benaissa". Ca signifie que la contamination ne peut pas venir d'une autre personne ?! Qu'on est sûr que c'est le virus porté par Mme Benaissa ?!

Quelqu'un peut confirmer ?

Portrait de nathan

Bonsoir Yann

A ma connaissance, c'est l'analyse des génotypes des deux personnes qui permet de déterminer la plus ou moins grande parenté entre les deux virus.

Mais comme toujours en génétique, il s'agit de probabilités, jamais de certitudes, même si les résultats s'affinent toujours un peu plus.

C'est le test génotypique qui permet aussi de déterminer les résistances de ce virus aux classes d'ARV existantes. C'est d'ailleurs une analyse qui peut être intéressante dans un couple quand les deux découvrent simultanément leur contamination ou quand l'un des deux la découvre alors que son partenaire est déjà en traitement, ceci pour déterminer quel traitement respectif serait le plus adapté pour chacun en fonction du traitement de l'autre... Cela peut se compliquer évidemment pour l'ambiance du couple si on découvre que les deux virus n'ont pas un génotype comparable... Les médecins manient donc avec prudence ces tests dans ces circonstances. En tout cas, ils devraient le faire....

Sans doute que le test phénotypique permet lui aussi d'affiner encore plus le résultat. A voir...

Portrait de ecceomo

C'est quoi cette juridication à outrance. Y a t il eu viol ??? Sinon, dans des rapports consentant, il serait temps que the peuple comprenne que la vie est pleine de danger, que quand on est grand, on doit réfléchir un peu avant de foncer tête baissée et que en baisant on peut aussi attraper un bébé...(et oui, même si c'est la femme qui porte, l'homme peut se sentir concerner par une progéniture éventuelle)

Mettons que le mec ait pris un trip ou ectas et qu'il soit resté perché, personne ne penserait chercher un autre responsabilité que celle de celui qui se défonce sans savoir qu'il prend le risque.

Je ne crois pas que l'intervention de la justice pour éventuellement "réparer" et/ou condamner soit une bonne chose. La responsabilité partagée me semble être la seule voie permettant de responsabiliser tout un chacun.

Par contre vouloir sécuriser tout partout tout le temps est un leurre. C'est dans l'air du temps la surenchère sécuritaire... et on voit bien qu'elle escalade et réduction des libertés cela engendre sans rien régler.

ecceomo

Positivement / / De passage avant compostage

Portrait de yannnoo

Merci Nathan Je connaissais ces tests génotypiques mais je ne pensais pas qu'ils étaient aussi précis.
Portrait de romainparis

séropositive qu'elle est doit être responsable vaut aussi pour une personne seronégative. Dans le post initial, qu'est-ce qui prouve que la femme a contaminé le garçon ? Qui dit qu'il ne s'est pas fait contaminer ailleurs.... Sans preuve il n'y a pas de coupable ! "Si vous acceptez de devenir un mouton, ne soyez pas surpris que l'on essaye de vous tondre !" Romainparis
Portrait de aurore

Responsabilité partagée pour moi, tout le monde maintenant sait que le vih et les mst existent , surtout le vih, et que le préservatif est nécessaire pour toute rencontre. Rien ne dit qu'elle ne l'ai pas proposé et qu'il ait été refusé, dans ce cas, il faut renoncer? Suis pas d'accord, trop facile après de venir accuser!
Portrait de nathan

Nadja avait déjà été arrêtée dans une discothèque, mise en accusation et incarcérée le 11 avril 2009 durant 10 jours, après plaintes. Seronet en avait déjà parlé.

Voici quelques infos que j'ai piochées sur un article de l'époque du célèbre magazine Der Spiegel (équivalent approximatif du Nouvel observateur)qu'on trouvera là in extenso et qui rappelle la situation :

http://www.spiegel.de/panorama/justiz/0,1518,619197,00.html

La mise en accusation de Nadja repose sur une jurisprudence du tribunal de Würburg qui a concerné un DJ Kenian en 2007. Celui-ci a été condamné à 5 ans et demi de prison.

Voici l'attendu de sa condamnation sur lequel se fonde la mise en accusation de Nadja et son incarcération d'alors telle que le rappelle Der Spiegel :

- "Übt ein HIV-Infizierter in Kenntnis seiner Ansteckung mit einem anderen ohne Schutzmittel Sexualverkehr aus, macht er sich wegen gefährlicher Körperverletzung strafbar." Die Strafbarkeit seiner Handlung entfalle jedoch, "wenn der Geschlechtspartner (…) die Ansteckung kennt".

Trad. par moi :

"Si une pvvih ayant connaissance de sa séropositivité a des relations sexuelles avec quelqu'un sans moyen de protection, elle se rend coupable de blessures corporelles graves." La responsabilité de ses actes n'est pas mise en cause si "son partenaire avait connaissance de sa contamination".

Paraxolament (mais c'est le principe d'un Etat fédéral comme l'Allemagne), le porte-parole du Ministre Fédéral de la Recherche et de la Science (Berlin) qui est aussi un scientifique s'était porté alors en faux contre la valeur de l'expertise sur laquelle s'est fondé le juge pour mettre en accusation Nadja et pour l'incarcérer :

"Der absolute Nachweis, dass Person A die Person B mit HIV infiziert hat, ist nach einigen Jahren mit medizinischen Mitteln nicht mehr zu führen"

Trad. par moi (et aussi pour compléter et nuancer mon propos ci-dessus sur le génotype) :

"La preuve absolue qu'un individu A a été contaminé par un individu B ne peut plus être apportée par les moyens médicaux existant actuellement, quelques années après la contamination."

Ce scientifique se fonde notamment sur les mutations multiples du virus dès qu'il pénètre dans le corps humain.

Plus gravement encore, pour Nadja, se pose en Allemagne la question de sa préméditation et de sa volonté d'utiliser sa maladie comme une arme. C'est dans l'article. Der Spiegel rappelle qu'un homme a été récemment condamné à Cologne pour avoir contaminé volontairement quatre femmes. A l'une d'elle, il avait envoyé ce message : "Viel Spass mit HIV !" : "Beaucoup de plaisir avec le sida !"

                                          

Portrait de Osmin

dans le vaste débat sur la responsabilité des uns et l'irresponsabilité (supposée) des autres, que fait on des plus nombreux les ceux et celles qui forniquent en refusant de savoir, en refusant de se faire dépister régulièrement et qui ne se gènent pas de prendre des risques. Alors personnellement je veux bien assumer ma part de responsabilité et de pourriture physique et psychologique de ma vie (quasiment sans l'aide de personne, si ce n'est mon cher et tendre ! Ouais vous me direz tout le monde n'a pas cette chance...) depuis plus de 20 ans. MAIS si on veut être honnête ENFIN qu'attend-t-on pour dépister toute la population (au moins en age de baiser !) ???

 Je trouve réellemnt inadmissible d'être continuellement torturé (non le mot n'est pas trop fort !) par certains séronautes qui prennent un malin plaisir à remettre sans cesse le couvert pour une soupe plus qu'amère.

Allez donc précher vers les séro- interros pour une fois, militer pour le dépistage obligatoire, au moins pendant ce temps vous ne ferez pas souffrir vos compagnons de MISERE et de SOUFFRANCE !

Et ne venez pas me parler de victimisation ! TROP FACILE ça OUI !

C'est un jour comme un autre, et pourtant...je me tire

Portrait de frabro

C'est à tout un chacun de se sentir responsable de sa santé et de celle des autres, et les personnes qui ont pris des risques et en sont conscientes ont à mon sens le devoir de se faire dépister. Mais le dépistage systématique ne sert à rien, car pour être efficace il devrait être pratiqué en masse tellement souvent que c'est totalement irréalisable. De plus, qu'est-ce qui empêcherait une personne qui a des pratiques à risques de continuer même en se sachant séropositive si on ne travaille pas avec elle sur la conscience du risque de transmission ? Le fait que d'autres aient des comportements irresponsables ne m'allège en rien de ma propre responsabilité, je dirai même que cela me renforce dans ma conviction que je doit être constamment en état de vigilance par rapport au risque que je porte de transmettre le virus.
Portrait de Zagadoum

Mais comment puis-je m'ériger en responsable des autres, comment puis je coucher avec des incapables majeurs autrement dit les désirer? J'ai le VIH , je le dis , j'en parle et si il s'agit de faire sans , je laisse temps que la décision se fasse ou pas , j'ai aussi besoin que l'autre soit responsable. Sinon c'est pas un adulte. Concernant la conscience du risque de transmission comme tu dis , c'est une histoire à deux. si moi je suis clean et que l'autre est un sac à ist ,ben j'exige une loyauté à hauteur de la mienne , si pas cartes sur tables rien. Dieu m'a fait des mains ! C'est le travail de chacun et c'est une histoire de loyauté et de dialogue! C'est ça la meilleure protection , ensuite ya le préso.
Portrait de skyline

Rien à ajouter, juste des lectures à conseiller : http://www.thewarning.info/spip.php?article228 http://www.politiq.info : rubriques "Réflexions" : "Contre la criminalisation de la transmission sexuelle du VIH : pourquoi ?" et "Après les cercueils, les prisons!" (c'est du .pdf)
Portrait de lilit88

ce débat partage et divise ,pour ma part,je me protège en protégeant l'autre,parfois des mecs m'ont dit dans le feu de l'action ,tant pis"on en a pas ,on baise quand mème" ,et si j'avais dit ok et que je les avais contaminés? ,qui aurait on cru au tribunal??? eux ou moi.... ......voilà ma peur ,une discrimination de plus contre le "méchant séropositif contaminateur".il faut savoir raison garder.non? (l'exemple avec l'accident de voiture est complètement inapproprié) je ne poste quasiment jamais rien sur ce site parce que je me sens agressée par des gens que je ne connais pas(dans ma tète c'est déjà gris glauque ,je n'ai pas envie de ça).mais je ne me laisse pas impressionner pour autant!!je rejoindrai ecceomo dans son post qui me semble posé et calme....je persiste et signe maya pour dire que la responsabilité est partagée,c'est tout.
Portrait de jean-rene

Pour que cette "responsabilité partagée" se propage, je me demande s'il ne faudrait pas une campagne du genre: "Avant la baise, parlez du VIH". Je sais bien que ça va contre la spontanéité puisqu' avant le rapport sexuel, on n'a pas forcément envie de parler. Mais on n'a pas non plus tellement envie de mettre une capote. Et parler est aussi facile, sinon plus facile, qu'enfiler du latex.
Portrait de olivier-seronet

Merci de rester calme dans ce débat afin que chacun puisse s'exprimer sans crainte. C'est un sujet difficile et épineux qui touche souvent à notre propre séroconversion. Il n'empêche qu'il n'y a pas consensus sur la question de la responsabilité partagée ou en tous cas que cette notion divise. Et ça il faut l'admettre, respecter les positions de chacun, afin de pouvoir continuer à débattre. Ou alors... soit on devra à un moment fermer la discussion, soit on bloquera les comptes des plus virulents. Administrateur Seronet
Portrait de jbf63

en remettant les pendules à l'heure : je cite : "Le sida en France, en 2009 : 120 000 personnes vivent avec le virus du sida en France (soit 0,20% de la population). 6000 nouveaux cas de séropositivité y sont dépistés chaque année. 59 % sont contaminés par rapports hétérosexuels, 38 % par rapports homosexuels et 2 % par usage de drogues injectables. Tels sont les derniers chiffres rendus publics par le ministère de la Santé à la veille de la journée mondiale sur le sida. " sur ces chiffres accablants on peut de plus noter que : 58% des hétéros touchés sont malheureusement des femmes (dont le compagnon ne s'est pas fait dépister avant "puisque ça pouvait pas lui arriver parce que c'est un truc de pédés le hiv" ajouterais-je (combien de fois je l'ai entendue celle là, je les compte plus). :-( c'est quand même dingue qu'avec des chiffres pareils on continue à dire que ce sont les homos les plus touchés et les plus "contaminants", que le taux de "prévalence" est "nettement supérieur chez les gays", qu'il faut dépister les gays "en priorité", etc... etc... etc... sic :-( à propos, on est combien de gays en France sur 66 millions d'habitants ? 10 ? 15 % ??? et si on commençait par dépister TOUTE la population française de manière systématique (proposition que j'ai présentée lors des assises "Unir+" qui se sont tenues à Biarritz début 2009, où elle a reçu un accueil favorable de la part des séropositifs présents homos ET hétéros confondus...) au moins là on aurait des chiffres qui serait le reflet de la globalité du problème. JF Séropo ? non, mais Séroconcerné à fond :-)
Portrait de maya

c'est ton droit de penser ça et le mien de penser autrement. perso je descendrais jamais dans la rue pour défendre l'indéfendable à mes yeux. peu importe qu'une communauté entière soit contre moi. ce qui compte c'est ma conscience. on en est tous la. et pour parler de souffrance, je ne crois pas que certains soient plus à même que d'autres d'en parler. les séropos n'ont pas le monopole de la souffrance. certes dans cette affaire on ignore trop d'élements pour avoir un regard juste. je suis contente d'avoir été contaminée via une shooteuse plutot que par un homme, je n'ai personne sur qui porter le poids des choses et c'est très bien comme ça car ce n'est pas qqchose que j'aurai pardonné facilement. pas avec ce vécu derrière... alors oui le sida est sans doute plus léger aujourd'hui , tant mieux que ce soit mieux vécu mais ca reste handicapant à vie. et mon vécu aujourd'hui je le souhaite à personne. ce n'est pas comme ça que j'aime. mille excuses si on a pas suivi tous le même chemin la dedans.

ps jbf le pb est pas gay en l'occurence..

Portrait de ecceomo

Quand on parle de responsabilité et de conscience, il y a 2 niveaux qui se télescopent, la vie privée et publique. Le problème du passage à la justice est que cela concerne la sphère privée et je ce qui me fais réagir c'est cette intrusion de la loi dans cette part de l'intime.

Comment et au nom de quoi peut on juger de ce qui habite les personnes. Je vois une différence entre la volonté de nuire et la présence de risque. Il n'y avait pas apparemment de préméditation, les mecs étaient bien content de se payer une rock star, ça a du faire bander leur mâlitude hétéro-normée.

Il n'est pas (encore ) question de descendre dans la rue mais ce type de situation à des relent de môrale avec une volonté de contrôle et de surveillance qui moi m'inquiète car elle ne se résume pas seulement au histoire de séropo.

À quand la poursuite des fumeurs ayant fait subir à leur entourage la tabagie passive alors que"tout le monde sait" ( !!!) que FUMER TUE....

Vrai Maya que nous sommes tous toutes différent(e)ss, mais il se trouve que par ce type de procès c'est un point de vu, reflet de certaine valeur qui s'impose à tous. Et là il est sain de ne pas se laisser imposer ces lois sans réfléchir à ce que cela représente et change pour le futur.

Pour moi, ce fait intégré dans un réseau convergent de position hyper-sécuritaire, ça me rend soucieux (pour ne pas dire plus); Le "brun" redevient convenable... Quand faudra t il se réveiller.

ecceomo 

Positivement / / De passage avant compostage

Portrait de tofo

Maya, Lilith s'adressait au ton des débats en général, pas forcément à toi... Les participants réguliers du site doivent entendre sa remarque qu'elle ne trouve pas toujours sa place car les débats prennent une tournure trop agressive. C'est son ressenti, et les retours que nous avons ces derniers temps confirment cela : il n'y a pas assez de respect de l'autre dans ce qu'il est et ce qu'il pense sur le forum de Seronet. Je crois que vous oubliez souvent une chose dans vos messages : laisser une place aux gens qui ne pensent pas comme vous. Dire, je "respecte d'autres points de vue liés à d'autre vécus". Le truc aussi, c'est de ne pas réagir au coup sur coup et de laisser un espace pour ceux qui voudraient intervenir et n'osent pas trop... Je pense que vous imaginez que tout le monde peut encaisser certaines formulations inacceptables comme " dans le vaste débat sur la responsabilité des uns et l'irresponsabilité (supposée) des autres, que fait on des plus nombreux les ceux et celles qui forniquent en refusant de savoir, en refusant de se faire dépister régulièrement et qui ne se gènent pas de prendre des risques." ou même "perso je descendrais jamais dans la rue pour défendre l'indéfendable à mes yeux". Bien sûr, ce que vous dites peut se comprendre mais dans un débat à 10, ce n'est pas possible de tenir ce genre de phrases sans allumer le feu, il faut essayer d'adoucir la formulation, pour inviter celui qui ne pense pas comme vous à vous lire et à réagir tout en vous respectant.

Le débat sera fermé, et des participants avertis, si cet effort important n'est pas fait. 

Portrait de seb rentre d hibernation

coucou Surtout que l on sait très bien que des milliers de personnes sont porteuse du vih sans le savoir .donc un sero- doit bien avoir conscience qu il peut a tout moment rencontrer quelqu un de sero+ qui lui même ne le sait pas , sans parler des autre mst , donc se protéger. c malheureux mais c comme ca. alors je pense que les mecs on aussi une part de responsabillite les comparaisons avec les voitures sans freins etc sont pour moi honteuses et ridicule . si la personne c qu elle a pas de freins et fauche des gens , c pas comparable car dans cette histoire , les gens qui se font faucher eux n ont pris aucun risque . donc biensur un seul responsable (le chauffeur) Et comme j ai lu plus haut et chose qu on voit fréquemment , (les gens qui pour une partie de jambes en l air ) s en foutent totalement de la capote consciemment , savent aussi très bien qu ils prennent des risques . Qu ils viennent pas pleurer ensuite voire attaquer l autre . je pense qu avec le sida on peut pas jouer a (ho ca arrive au autre mais pas a moi . c cher paye pour une partie sexe Moi perso contamine a 16an et demi , premier rapport sexe et bien j en veux pas a la personne qui ma contamine .je m en veux plus a moi amitie seb
Portrait de seb rentre d hibernation

etre contamine par un shoot , n est il pas la meme chose que par une partie sexe? si tu t es contamine en te piquant ou sniffant , c bien que tu a utilise la paille ou seringue de quelqu un de seropo non?
Portrait de maya

mais pour aller au tribunal est-ce que ça ne nécessite pas d'avoir été trahi, bafoué ? c'est pas anodin ce genre de trucs , faut pouvoir , faut avoir vraiment une raison enfin je sais pas je ne peux qu'imaginer ... les tribunaux je les connais pas en tant que victime à ce jour mais de l'autre coté. j'imagine pas qu'on porte ce genre d'affaires en justice autrement que par s'être fait "avoir". Il semble pas la qu'on parle de lieux de baise ou chacun est censé savoir les risques potentiels et fatalement présents. mais d'une relation entre deux personnes. c'est par rapport à ça que je m'exprime juste. je ne crois pas que la loi soit la solution. mais je ne crois pas non plus que les personnes qui se trouvent être victimes d'une maladie dont plus jamais ils ne se départiront parce qu'ils ont fait confiance à une parole qui ment ou tait soit déniés dans leur douleur c'est la ou ca peche. compliqué.
Portrait de nathan

Pour revenir à Nadja, - ce qui est important aussi à mes yeux car c'est elle qui en tant que personne est d'abord concernée - je poursuis ma lecture de Der Spiegel on line avec l'édition du 12 février 2010, cette fois.

Voici l'article :

http://www.spiegel.de/panorama/justiz/0,1518,677580,00.html

Tout d'abord, information importante, Nadja est déferrée devant le juge des enfants par le procureur fédéral. En effet, les faits qui lui sont reprochés ne permettent pas de préciser si elle était encore mineure ou déjà majeure pour les premiers faits qui lui sont reprochés. Nadja est née en 1982. Nadja a aujourd'hui 27 ans et elle a eu connaissance de sa séropoitivité en 1999, à 17 ans. Comme en France, on ne cite pas le nom des majeurs, mineurs au moment des faits, quand ils sont jugés, cela me semble important de respecter cette clause ici aussi. D'autre part, le site n'a pas pour but de stigmatiser quiconque ni une Allemande non plus. Par ailleurs, Nadja est mère d'une fille de 9 ans séronégative.

D'ailleurs, il est reproché à la justice par la classe politique de gauche, notamment par die Grünen, les Verts mais aussi par le parti centriste FDP (qui joue une rôle pivot fondamental en Allemagne dans la formation d'unions ou de coalitions gouvernementales), d'avoir pour des raisons médiatiques à la fois rendu publique l'affaire et d'avoir divulgué la séropositivité de Nadja, pourtant couverte par la présomption d'innocence et par le secret médical.

Comte tenu de l'article de Der Spiegel d'avril 2009 qui posait la question de la "préméditation", Nadja est bien poursuivie par le procureur fédéral pour "blessures graves volontaires" ("versuchte gefählrliche Verletzungen").

Pour la Deutsche Aids-Hilfe (Aides en Allemagne), la justice veut faire un exemple avec Nadja. Or pour l'association, la justice ne peut pas être un acteur de la prévention, rôle qu'elle voudrait s'attribuer par ce procès.

Nadja explique quant à elle le fait d'avoir caché sa séropositivité à ses partenaires par les "pressions et menaces" ("Erpressungen, Drohungen")qui pèsent sur les pvvih en Allemagne. Elle aurait souhaité faire son coming out de séropositive (" Sie wünschte, sie hätte sich outen können") mais elle n'en a pas eu la force dans ce climat délétère qui entoure les pvvih.

Voici une chanson de Nadja, Alte Wunden, Vieilles Blessures qui est aussi un message de soutien :

"Bleib stark Nadja" : Sois forte Nadja !
Portrait de jean-rene

Maya dit: "Je ne crois pas ... que les personnes qui se trouvent être victimes d'une maladie dont plus jamais ils ne se départiront parce qu'ils ont fait confiance à une parole qui ment ou tait, soit déniés dans leur douleur". Maya parle donc de maladie transmissible. Je vais être accusé d'être hors sujet mais je rappelle qu'avant la dernière guerre, il y avait, en France et en Europe, une maladie transmissible dans laquelle le malade pouvait dire ou ne pas dire qu'il l'était, c'était la tuberculose. Elle se transmettait, non pas par le sang ou le sperme, mais par les postillons, c'est à dire en parlant à quelqu'un. J'aimerais avoir si, avant que la tuberculose cesse d'être un fléau en Europe, il y a eu, contre les tuberculeux, des procès comme il y en a, à présent, contre les séropos.
Portrait de nathan

Bonjour Jean-René,

la tentation répressive qui s'applique normalement à la délinquance a toujours existé pour les maladies épidémiques quelle que soit la maladie : peste, choléra, tuberculose... Elle s'est étendue aussi à la pauvreté ou à la folie, et même à l'infirmité ou aux déviances "morales"...

Bien sûr, même si certains aspects sont contestés historiquement, on peut lire Foucault à ce sujet : Surveiller ou punir ou l'Histoire de la folie. Ou même Geremek, Les Marginaux parisiens aux XIVe et XVe siècles, Flammarion (1976) ou La Potence et la pitié. L'Europe des pauvres, du Moyen Age à nos jours, Gallimard (1987)

En ce qui concerne la tuberculose qui est une maladie contagieuse et non simplement transmissible, quelle était la véritable fonction des sanatoriums dans lesquels on plaçait et isolait les tuberculeux jusque dans les années 70 en france et partout en Europe comme à Davos ?

N'est-ce pas à partir de ce mot sanatorium qu'a été inventé le mot de triste mémoire sidatorium ? Sidatoriums qui ont existé (sui existent encore ?) par exemple en Suède, pays pourtant cité souvent en modèle

Tout ce fait qui peur et semble menacer notre intégrité suscite ces gestes et ces mécanismes à grande échelle d'exclusion. C'est aussi, comme on le voit avec le cas de Nadja, pour l'Etat et ses appareils répressifs l'occasion de tenter de renforcer leur contrôle social.

Portrait de sonia

si on fesait du depistage automatique, je ne vous parle pas du nombre de suicides...imaginez la nouvelle aux infos, dans la presse à la télé, "Un jeune s'est suicidé parce qu'il venait d'apprendre qu'il était seropositif!!!" idem pour une personne âgée mais ça ferait moins sensationnel ;-) Certes la douleur est grande, cependant une reconnaissance de victime lésée (le dol) avec réparations des dommages devant un tribunal est illusoire dans le cadre de rapports sexuels consentis entre adultes. Nous sommes loin du cadre professionnel hospitalier en loccurence avec les accidents d'exposition au sang..c'est  pour ma part une action dangereuse dans le sens où elle criminalise des rapports intimes.C'est une grosse bête noire pour la communauté seropositive et pour la Santé Globale et Mondiale. On peut jouer sur les mots en disant le vih est un facteur aggravant, mais les plaignants devraient connaître les traitements d'urgence PPE non? La piste serait d'améliorer l'acces aux modes de transmission du vih et la politique de la réduction des risques

Sommes nous concernés au même niveau dans  la lutte contre le sida?

C'est le Sida qu'il faut exclure pas les Seropositifs!

Portrait de maya

qui demande : etre contamine par un shoot , n est il pas la meme chose que par une partie sexe? si tu t es contamine en te piquant ou sniffant , c bien que tu a utilise la paille ou seringue de quelqu un de seropo non? Pour faire bref seb, suffit de réfléchir ... as tu déja entendu parler d'une affaire de contamination toxicomane qui aille en justice ou même fasse polémique ? je n'en connais pas en dehors de celle ou l'état français est responsable de 3 ans de contamination gratuite chez les toxs .(mais personne n'en a rien eu à foutre) Un tox qui se sait contaminé ne partage pas sa seringue, ya pas de plaisir ni d'enjeu commun dans la toxicomanie, tu n'es pas dans l'attente d'approbation ou de désir/volonté de l'autre. la toxicomanie est un trip "égoïste" pour imager. rien à cacher qui pourrait le desservir face à l'autre. d'autre part les seringues sont en vente libre aujourd'hui on est loin de 1980 ya qu'a jeter un oeil sur les taux de conta pour voir que je n'invente rien. pour ma part en fait il est fort possible que j'ai contaminé d'autres personnes avant 85 (date du savoir avoir), surement même, comme tous les séropos qui s'ignoraient de l'époque. mais quand on ne sait pas on ne peut pas être tenus pour responsables volontaires. c'est encore le cas parfois aujourd'hui cette ignorance. (sexe comme tox) et si on interroge les anciens je doute qu'en toute honnêteté ils puissent dire autre chose que oui peut être bien.que ... j'espère avoir répondu à ta question, sans monopoliser la trame.
Portrait de Osmin

◊Une autre phrase inacceptable à mon humble avis "Mais le dépistage systématique ne sert à rien, car pour être efficace il devrait être pratiqué en masse tellement souvent que c'est totalement irréalisable."

Phrase inacceptable et fausse car il est prouvé que tout le monde est gagnant en connaissant son statut sérologique. L'ignorance promulguée en système par cette phrase me semble limite criminelle et irresponsable, contrairement à ce que prétend son auteur. Un pays comme la Mauritanie qui, à un moment donné, à fait le choix du dépistage obligatoire pour toute la population a apporté la preuve que ceci était réalisable et efficace.

Car le but du dépistage c'est bien d'identifier qui est potentiellement porteur d'une menace pour la santé publique et qui ne l'est pas à un instant donné. Ce qui permet ensuite de mettre en place les soins nécessaires pour les personnes contaminées, et un suivi régulier pour les personnes séronegatives.

Les bénéfices d'une telle campagne de dépistage me semblent tellement évidents, que je ne comprends pas qu'on puisse encore, aujourd'hui, les mettre en doute. Et le gouvernement français vient, me semble-t-il de se rendre à cette évidence en attendant de mettre en oeuvre cette bonne volonté.

Je ne crois pas me tromper en pensant qu'il y a beaucoup plus à gagner pour l'ensemble de la population d'une telle politique plutôt que de continuer à brandir la judiciarisation et la criminalisition des séropos, comme arme de dissuasion, alors qu' elles ont les effets pervers que l'on sait en terme de déresponsabilisation d'une grande partie de la population qui adopte une attitude volaillère d'amérique du sud (autruches pour être plus clair).

C'est un jour comme un autre, et pourtant... je m'en vais au Vent Mauvais

Portrait de altelia

J'ai été contaminée par quelqu'un qui pensait que "le sorcier le lui avait enlevé" (me l'a dit à la fin de la relation, tellement eu peur que j'ai vite oublié), est-il un criminel? Je me suis tue pendant 7 ans vu les circonstances où je l'ai appris. J'ai eu des relations avec ou sans préso., ne sachant pas imposer celui-ci à mes partenaires (éduquée à o-bé-ir! bonjour les dégâts) qui trouvaient que "j'avais pas une tête à ça" (je connais pas la tête spécifique du contaminé, encore aujourd'hui je cherche); j'ai été tellement paumée que je suis sortie avec un mec qui me déplaisait et qui baisait systématiquement sans capote, j'en étais malade d'appréhension; j'ai fini par pouvoir lui écrire à cet homme pour lui dire, et il a voulu avoir encore plus de relations non-protégées avec moi! et comme c'est à ce moment que j'ai commencé à en parler à mon entourage (ouf!), mes T4 ont plongé, ma charge virale est montée, je l'ai quitté et quelques mois plus tard il était séropositif.Suis-je une criminelle?
Portrait de AKIANNE2010

Bonjour a toutes et à tous, Si je peut me permettre,le dépistage obligatoire devrait être une réalité depuis longtemps mais concernant cette jeune fille elle était déjà dépisté depuis un moment et c'est cela qui la pousse devant un tribunal, est ce normal? de mon coté je dis oui car à la différence de différentes maladies contagieuse (exemple: tuberculose) le vih est un virus qui se transmet il est possible d'en préserver autrui en respectant des règles simples de conduite loin d'être contraignante. A mes yeux la responsabilité est partagé, attrapé le virus Vih est deja une condamnation.
Portrait de nathan

Dans l'attendu du procureur fédéral par lequel Nadja va être jugée, il lui est d'abord reproché de ne pas avoir utilisé de moyens de protection.

Le second point de cet attendu, ce n'est seulement ensuite que n'utilisant pas de préservatif, Nadja n'a pas informé ses partenaires de son statut virologique.

Or l'ordre des reproches a un sens en droit.

[Comment aussi va-t-on prouver d'ailleurs qu'elle n'a pas prévenu ses partenaires comme par exemple l'explique Altelia. Dans le cas de Cologne que je citais plus haut, l'accusation s'est fondée surtout sur le message que l'auteur avait envoyé à l'une de ses victimes : "Beaucoup de plaisir avec le sida !". Mais là, il n'y a rien de la sorte.]

D'autre part, quel est le seul moyen de protection dans un rapport sexuel ? C'est le préservatif, il me semble.

Or dans une récente brève qui concernait une étude allemande sur la taille des sexes masculins en Europe dans le but d'élaborer un préservatif adapté, l'argument de cette recherche était le suivant :

Cette étude a pour but de concevoir un nouveau type de préservatif "car des grossesses non souhaitées et des contaminations par le vih continuent de se produire malgré l'utilisation des préservatifs (existants), soit parce que ceux-ci sont trop petits et qu'ils se déchirent, soit parce qu'ils sont trop grands et que des fuites de sperme surviennent."

C'est là : 

http://www.seronet.info/breve/petites-bites-23615#comment-43204

Que se passe(rait)-t-il dans le cas d'une pvvih qui utilisant un préservatif qui se déchire par exemple mais qui n'a pas prévenu son partenaire de son statut le contamine cependant ?

Autre chose : est-on toujours "sérieux" quand on a 17 ans, voire plus ?

Portrait de seb rentre d hibernation

A 17ans , même si l on es pas toujours sérieux , on peut aussi l être. j en suis la preuve , quand j ai était contamine , j avais 16an et demi , je doit avouer que j étais très sérieux. je le suis encore d ailleurs (1 histoire d amour de 3ans et une de 13ans "encore en cours"(jusque maintenant cela dans la fidelite totale).J ai rencontre un garcon qui vivait le village a cote du mien , je suis tombe éperdument amoureux de lui . Mais tout cela c fait très vite . En dehors de ca j étais un jeune homme très sage , loin de tte c préoccupations. sans vie sexuelle , protéger par des parents qui eu meme pensaient que j avais le temps pour apprendre toutes c choses. et donc le premier rapport et contamination qui suit . Dans ces conditions , j aurais ptet du porter plainte contre mes parents , l école et tous les adultes qui m entoure a l époque ,en plus du mec avec qui je me suit contamine pour ne pas m avoir averti des risques , ne pas m avoir parle de la capotes des mst etc , en gros ne pas m avoir proteger et me laisser me jeter dans la gueule du loup?? Quand on a appris ma contamination , tres vite apres le fameux rapport contaminant , mes parents ont voulut porter plainte contre la personne , moi etant fou amoureux , je leur est dit que si il faisait ca , il me perdrais a tout jamais et je ne serais plus leur fils car j aimais ce garcon et je pense qu ils auraient du aussi m avertir de tout cela , des riques etc. Je suis reste 3ans avec ce garcon apres coup avant que dieu se charge de le punir lui meme definitevement porter plainte aurais servit a quoi? c fait c fait ca ne m aurais pas rendu a nouveau sain seb
Portrait de lilit88

ah bon.....alors nous n'avons pas fréquenté les mèmes squats(je plaisante)....pourquoi asséner des pseudos vérités? : la toxicomanie n'est pas vécue d'une façon uniforme ,elle fut même festive dans les années 80 : partage de seringues dans les concerts......oui,je sais c'est glauque vu d'ici.il y avait peu de seringues ,il fallait bien se les partager.je ne fais aucune différence entre le fait d'avoir été contaminée par un mec ou par une seringue(avec cet amour fou du moment: 1984,j'avais 21 ans, j'ai eu des relations sexuelles non protégées ,j'ai aussi partagé une dizaine de fois sa seringue.....,pour dire vrai maya,je n'ai aucune amertume contre quiconque.ces évènements qui me paraissent irréels datent de si loin.....il y a prescription pour moi.je suis là ,et c'est bien,lui est mort,je n'en suis pas soulagée pour autant.mais j'ai tjs pensé que la haine ne donnait jamais rien de bon.ceci est une autre histoire..... tous ces posts montrent une chose,la réalité douloureuse de vivre en étant séropositif.....ici et maintenant.
Portrait de aurore

histoire vécue : une amie fréquente un séroneg. après l'avoir informé de son statut de séro. Il refuse le préserv, après une relation de 1 an, elle décide de rompre pour différentes raisons. Par vengeance, il informe son entourage de la séropositivité de mon amie, disant qu'il vient de l'apprendre (mensonge), que serait -il advenu s'il avait porté plainte? il aurait peut être fait s'il savait que cela est possible.
Portrait de aurore

Aux dernières nouvelles, il n'aurait ps était contaminé, et en est soulagée.
Portrait de nathan

Comme le suggèrent Altelia et Aurore, quel est le poids de la domination masculine dans l'affaire qui concerne Nadja ?

Il en est peu question en fin de compte dans ce débat autour de l'affaire de Nadja.

Pourtant Nadja évoque des "pressions" et des "menaces" ("Erpressungen, Drohungen"). Moi j'avais compris des pressions et des menaces de la société à l'égard des pvvih dans leur ensemble (sans doute aussi). Mais je ne suis pas une femme et n'ai aucune expérience d'une relation de couple avec une femme ni de relation amoureuse avec une femme. Je suis un "vrai homo" comme on dit dans notre langage d'homos.

Mais en lisant Altelia et Aurore, j'ai l'impression de mieux comprendre à quelle réalité ces mots "pressions" et "menaces" qu'emploie Nadja peuvent renvoyer pour une femme séropositive au vih dans un couple hétérosexuel.

Je trouve qu'il peut y avoir  comme une forme de violence psychologique réelle qui s'exerce à l'égard de la femme séropositive au vih. Peut-être même peut-elle intégrer ce risque de violence dans son comportement de telle sorte qu'elle puisse craindre par exemple de dire qu'elle est séropositive au vih à son partenaire masculin. Non ?

Est-ce que cette question sera évoquée lors du procès ? 

Je vais essayer de suivre cela dans la presse allemande.

Portrait de olivier-seronet

L'excellent site Femmes et VIH a publié en 2008 un article où est évoquée l'évolution de la position du Conseil national du sida vis-à-vis de la question de la responsabilité. Le fait qu'il est maintenant reconnu qu'un traitement efficace évite de transmettre/diminue considérablement le risque (selon la version suisse ou française) va encore changer la donne en introduisant une différence entre ceux et celles qui ne sont pas sous traitement antirétroviral (que certains peut-être accuseront alors de négligence) et les autres. 

C'est ici : http://femmesida.veille.inist.fr/spip.php?article716 Olivier

Portrait de jbf63

un/e séropo qui se fait violer par un type dont la capote mal enfilée craque doit il/elle l'informer de son statut sérologique ? JF Séropo ? non, mais Séroconcerné à fond :-)
Portrait de sonia

devant tant de responsabilités, je préfère laisser tomber toute relation sexuelle...c'est peut être là le jeu de la pénalisation du vih, si on ne baise pas entre seros (le serotriage) alors vaut mieux une petite masturbation dans son coin sans faire chier personne...et celui qui m'a contaminée je dois en penser quoi? bon ok il est mort, mais bon...
Portrait de altelia

Pas moi, je laisse pas tomber le sexe,ça me fait du bien doncj'en profite un maximum ... avec preso sinon rien! Je trouve que ce serait encore "payer", ou plutôt souffrir encore, comme si ça suffisait pas, pour un truc où tu y es pour rien! Alors sexe oui, et dire la séropositivité, oui si une relation plus complète semble s'engager. Un bon moyen de situer à qui on a affaire finalement.Savoir museler ses sentiments avant pour pas s'engager tête baissée. Nathan, tu vois assez juste au niveau de cette espèce de violence mâââââle! Enfin je parle pour les petites jeunettes comme je le fus (je rappelle que j'ai connu ma contamination à 22 ans, et que j'étais encore dans les limbes de l'oubli) .Ce que tu dis m'a rappelé moult souvenirs... savais pas imposer quoi que ce soit à qui que ce soit, et les mecs quand je disais "préservatif?..." avec une toute petite voix, ben les plus respectueux disaient "ok", mais le plus souvent c'était "oh bah zut, j'en ai pas! c'est con". Maintenant, dans ce genre de situation, je sais dire "ben oui, c'est con, on va pas pouvoir aller au bout"; et même mieux, j'achète des préservatifs! je suis devenue une vraie personne ;-)