Travail et VIH….

15 Octobre 2013
2 676 lectures
Notez l'article : 
0
 

Avoir le désir de travailler mais sentir son corps qui ne suit plus, dire ou ne pas dire sa séropositivité à son employeur, devoir demander une journée de congé pour pouvoir gérer ses rendez-vous… Est-ce que tout cela est compatible avec un emploi à temps plein ? Qu’est-ce qu’un mi-temps thérapeutique et comment le mettre en place ? A quels compléments de revenus peut-on prétendre en cas de nécessité de travail à mi-temps ? Ne pas culpabiliser, ne pas se sentir "diminué" lorsqu’on a plus l'énergie d’assumer le moindre emploi. Voici quelques uns des aspects qui seront abordés ce soir lors du chat, dans le salon thématique. Christine vous attend nombreux entre 21h et 22h pour en discuter et partager vos expériences.

Commentaires

Portrait de Christine-seronet

Travail et VIH…. Ce thème a suscité pas mal d’échanges au cours du salon thématique.

 

Le travail est souvent perçu comme un facteur d’intégration sociale « travailler me permet d’être comme tout le monde, ma vie n’est plus réduite à ma maladie ».  Travailler permet se sentir moins seul, cela agit également sur le moral comme si le fait d’être en action évitait de trop penser à la sérologie

 

Cependant, la prise de traitement engendre parfois des répercussions sur le corps, qui petit à petit « se met en morceau », assumer pleinement une journée de boulot n’est pas toujours aisé « je ne me sens pas handicapée, mais fatiguée. Le midi, chez moi c’est pour m’allonger, pas pour manger ! ».

Certains séronautes ont choisi de se mettre à leur compte via le statut d’auto-entrepreneur, gérant ainsi leur temps et leur fatigue.

 

Que faire lorsque l’on ne se sent plus apte à assumer un emploi à temps plein ? Ainsi, la question de la RQTH (Reconnaissance de la Qualité de Travailleur Handicapé) et de son obtention a été beaucoup évoquée au cours du chat. Celle-ci permet de bénéficier de certaines formations (longues et rémunérées), ce qui peut être une piste en cas de trop de pénibilité dans le poste occupé et ainsi se réorienter.

 

Le dédale administratif quant à l’obtention ou la compréhension entre les différentes prestations est souvent un blocage.

 

L'AAH et la Pension d'Invalidité sont deux revenus d'origines différentes.

 

L'AAH est une prestation sociale qui a pour but de garantir un minimum de ressources aux personnes atteintes d'un handicap suffisamment grave ou reconnues inaptes à tout travail. Il n'y a pas besoin d'avoir cotisé ou payé des impôts pour pouvoir en bénéficier.


La Pension d'Invalidité est la compensation du préjudice financier subit par l'incapacité à continuer à exercer son travail antérieur.

C’est un droit acquis par celui qui a travaillé et donc cotisé (lui et son employeur) à la Sécurité Sociale.


"L'Allocation Adultes Handicapés (AAH) peut s'ajouter à la pension. Le total des deux ne doit pas dépasser le montant de l'AAH."

 

N'hésitez pas à  poster vos témoignages, vos réflexion et ainsi alimenter la discussion sur ce sujet.

Portrait de oliver59

Bonjour,

La question est : comment peut-on vivre avec que l'AAH ? 

Cordialement

Portrait de francky14

 

bien souvent l'AAH est plus avantageux que la pension ou alors faut avoir une super pension, car l'AAH n'est pas déclable, donc pas d'impot + le max d'apl et d'autre avantage sociaux encore, une personne qui ne fume pas et n'est ni alcolo ni toxico vit très bien avec l'AAH, moi je connais quelqu'un qui a l'AAH  pour autre chose que VIH et qui ne fume pas, il ne paie que 70e de çà poche pour le loyer pour un F1 cc, et bus gratuit, femme de menage quazi gratuite, curatelle quazi gratuite , pas de redevance TV etc et il ne mange tous les jours au resto enfin flunch kebab pizza etc, moi avec ma pension je ne peux pas me permetre çà et pourtant j'ai une bonne pension mais c'est un kebab par semaine. arpès pour les fumeurs et bien çà sera plus dur, mais disont qu'avec les avantage c'est comme si on avais 1200€/mois et qu'on payer des impot etc, mais j'ai plus de pension mais je paie une pension alimentaaire a mon ex + 7 ans de surendettement et tout çà aurais sauter avec l'AAH surement, en ce moment l'AAH j'aimerais bien l'échanger contre ma pension