Trois mois avec sursis contre Marcel Campion

27 Octobre 2020
322 lectures
Notez l'article : 
0
 

Trois mois de prison avec sursis ont été requis le 15 octobre devant le tribunal correctionnel de Bobigny envers le « roi des forains » Marcel Campion, accusé d'avoir proféré des propos homophobes en 2018 à l'encontre de Bruno Julliard, alors premier adjoint à la maire de Paris et personnalité politique ouvertement gay. Trois associations de lutte contre l'homophobie sont également parties civiles. En cause : des déclarations enregistrées par un journaliste indépendant pendant une réunion de lancement de son parti « Paris libéré », à Saint-Ouen le 27 janvier 2018, diffusées en ligne puis exhumées par le Journal du dimanche en septembre 2018, mois de la démission de Bruno Julliard de son poste auprès d'Anne Hidalgo. « Comme il était un peu de la jaquette, il a rencontré Delanoë, ils ont fait leur folie ensemble et paf, il est premier adjoint », avait lâché Marcel Campion. « Moi, j'ai rien contre les homos, d'habitude, je dis « les pédés ». (...) J'ai rien contre eux, sauf qu'ils sont un peu pervers », ajoutait-il. L’avocat de Marcel Campion a demandé sa relaxe. Mais pour le ministère public, emboîtant le pas aux parties civiles, « Marcel Campion ne semble pas avoir pris la mesure de ses propos qui, entendus et relayés auprès de certains esprits peuvent conduire à la montée des violences envers tous ceux qui sont différents », a souligné le procureur Loïc Pageot. Il a également requis une amende de 5 000 euros envers Marcel Campion. « On ne peut pas laisser assimiler l'homosexualité à la perversité », a pointé Bruno Julliard, considérant que les mots du « roi des forains restaient intolérables ». La décision sera rendue le 18 décembre.