Trop d'arrêts maladie

11 Septembre 2023
717 lectures
Notez l'article : 
0
 

PLFSS 2024. Interrogé sur LCI, le nouveau ministre de la Santé et de la Prévention, Aurélien Rousseau, a expliqué que la croissance des arrêts maladie (elle a bondi de 7,9 % en 2022) n'est « pas soutenable » au regard du budget de la Sécurité sociale. Sur ce point, le ministre veut privilégier les contrôles et miser sur la « responsabilité collective » pour freiner ces dépenses de santé. Le nouveau ministre semble ne pas privilégier l'hypothèse d'un allongement du délai de carence pour contenir la hausse du coût des arrêts maladie. « Je ne crois pas que la solution soit dans le moins bon remboursement », même si « ça fait partie des pistes qui sont sur la table », a-t-il déclaré. Parmi les solutions envisagées pour maîtriser cette hausse, Aurélien Rousseau a expliqué vouloir surtout « plus de contrôles, aller plus vite », déplorant qu'aujourd'hui « pour un employeur, c'est extrêmement lourd de déclencher des contrôles ». Il a, en outre, demandé plus de « responsabilité collective », du-de la patient-e aux employeurs-ses, en passant par les médecins. Il a cependant rappelé que la moitié des arrêts sont « des arrêts très longs, généralement des gens assez âgés, ce sont des arrêts liés en partie à la souffrance au travail, au besoin de reconversion », autant de sujets qui renvoient à la « qualité » de vie au travail, un chantier que le gouvernement entend ouvrir avec les partenaires sociaux. Dans son rapport « charges et produits » 2023, l'Assurance maladie avait estimé à 13,5 milliards d'euros (hors maternité) les dépenses d'indemnités journalières (IJ) hors Covid-19 soit une hausse moyenne par an depuis 2010 de 3,8 % que ni la croissance démographique, ni la hausse des salaires ne suffisent à expliquer complètement. « Où est-ce qu'on trouve les ressources pour augmenter les moyens de l’hôpital si on n'arrive pas à tenir la dépense sur les IJ (indemnités journalières) ou sur le prix des médicaments ? », a questionné Aurélien Rousseau.