Tuberculose et manque de volonté

12 Novembre 2022
367 lectures
Notez l'article : 
0
 

Alerte. La tuberculose a repris à la Covid-19 le « triste flambeau » de maladie contagieuse la plus mortelle, déplore un expert de la lutte contre cette maladie. Mel Spigelman, est président de l'association TB Alliance. Elle a pour mission de distribuer des médicaments plus efficaces et moins chers contre la tuberculose en particulier dans les pays pauvres. Si Mel Spigelman salue l'extraordinaire mobilisation contre la Covid-19 qui, en deux ans, a permis de se doter d'un arsenal de tests, de vaccins et de traitements sûrs et efficaces, il ne peut s'empêcher de noter que « la comparaison avec la tuberculose est assez frappante », lors d'un entretien avec l'AFP. Avant la pandémie de Covid, la tuberculose tuait plus qu'aucune autre maladie contagieuse au monde : 1,5 million de décès tous les ans. La tuberculose — causée par une bactérie qui s'attaque principalement aux poumons — tue 4 109 personnes par jour, selon TB Alliance. En se basant sur les chiffres compilés par l'université Johns Hopkins, au cours du mois écoulé, la moyenne quotidienne est d'un peu moins de 1 450 morts officiellement recensés dus à la Covid-19. Comme c’est le cas pour d’autres maladies, la pandémie de Covid-19 et les confinements qu’elle a imposés ont empêché les malades d'être diagnostiqués-es et soignés-es et les centres de soin ont souvent été réquisitionnés pour la lutte contre le Covid-19. Résultat ? En 2020, le nombre de décès dus à la tuberculose est remonté pour la première fois depuis une décennie. « Nous sommes passés de ce que je considère honnêtement comme des progrès incroyablement lents, mais néanmoins des progrès, à une inversion » de tendance, rappelle le docteur Spigelman, qui voit là un « revers majeur ». La plupart des donateurs-rices de l'Alliance TB n'ont pas voulu s'engager sur plus d'un an de financement à la fois et ont réduit les montants accordés. Le Royaume-Uni, traditionnellement le principal donateur, n'a rien déboursé cette année. « Je suis très inquiet du fait que les progrès qui ont été réalisés — et qui ont déjà été érodés par la Covid — puissent se dégrader encore plus », a indiqué Mel Spigelman. La tuberculose n'est pas surnommée la « maladie des pauvres » pour rien, s'insurge-t-il. « Si les riches du monde entier l'attrapaient, je pense que nous verrions une réponse très différente », dénonce-t-il. « Si les ressources étaient là, je vous parie (que la tuberculose) pourrait être éradiquée », lance d’ailleurs Mel Spigelman.