Tuberculose et VIH : un traitement tôt

27 Juillet 2010
910 lectures
Notez l'article : 
0
 
vienne_v_0.png

L'étude CAMELIA (CAMbodian Early vs. Late Introduction of Antiretroviral drugs, ANRS) a comparé l'impact sur la mortalité de l'introduction d'un traitement anti-VIH précoce (deux semaines après le début du traitement contre la tuberculose) par rapport à un traitement anti-VIH commencé deux mois après chez des personnes profondément immunodéprimées (moyenne de 25 T4/mm3). En effet, jusqu'à présent, on avait tendance à attendre avant de démarrer un traitement anti-VIH, espérant réduire les complications et risques vitaux plus fréquents dans les premiers mois et semaines. Le groupe de traitement à deux semaines seulement est celui pour lequel la survie est la plus importante, même si un certain nombre de personnes sont malheureusement décédées dans chacun des groupes. Encourageant : après un an, les personnes ayant survécu avaient gagné 114 T4/mm3 en moyenne et 96,5 d'entre elles avaient une charge virale indétectable. C'est un résultat important.