Tuberculose et VIH : une baisse insuffisante

15 Juin 2019
685 lectures
Notez l'article : 
5
 

La tuberculose est une maladie qui peut être évitée et guérie. Et pourtant elle tue encore… et beaucoup. Elle occupe ainsi la première place des maladies infectieuses mortelles dans le monde et provoque près de 4 400 décès chaque jour ! Elle reste la principale cause de mortalité chez les personnes vivant avec le VIH dans le monde : elle est responsable d’un tiers des décès dus au sida. Bien sûr, des progrès en matière de prévention et de traitement ont été réalisés ces dernièrs années. Cela a permis des progrès : le nombre de décès dus à la tuberculose chez les personnes vivant avec le VIH, qui s'élevait en 2005 à 600 000 décès, a chuté de moitié pour tomber à 300 000 décès en 2017. Rappelons que les pays signataires de la Déclaration politique des Nations Unies pour mettre fin au sida de 2016 se sont engagés à réduire de 75 % le nombre de décès dus à la tuberculose chez les personnes vivant avec le VIH, d’ici 2020. Cinq pays à faible revenu ou à revenu intermédiaire ont atteint ou dépassé cet objectif en 2017. Dix-huit autres pays ont diminué de plus de moitié le nombre de décès dus à la tuberculose chez les personnes vivant avec le VIH et sont bien partis pour atteindre l’objectif d’ici la fin de l’année 2020, à condition que le déploiement des services soit maintenu, rappelle l’Onusida. Cependant, les estimations révèlent aussi que la plupart des pays ne sont pas en bonne voie, et que les décès augmentent dans certaines régions et certains pays.