Tunisie : discriminations en milieu hospitalier

15 Septembre 2016
4 886 lectures
Notez l'article : 
0
 

Des mots qui frappent fort : "Les hôpitaux de la mort". C’est en ces termes que l’association tunisienne de lutte contre le sida, ATL MST/Sida, a choisi de dénoncer les discriminations dont sont victimes les personnes vivant avec le VIH dans le milieu hospitalier en Tunisie. Le 5 septembre dernier, l’ATL MST/Sida dégaine un communiqué décapant qui détaille les chiffres d’une enquête de l’observatoire VIH-éthiques et droits humains (OVEDH), conduite en 2015. Celle-ci révèle que 47 % des violations aux droits recueillies concernent le milieu hospitalier, notamment le droit à l’accès aux soins. De plus, 44 % du total de ces violations concernent les personnes vivant avec le VIH ; 20 % de ces violations concernent les personnes migrantes, une population souffrant d’une faible prise en charge en matière de soins de santé. Dans son communiqué, la plus importante association tunisienne de lutte contre le sida note que des faits dont elle a eu connaissance confirment ce constat. L’association cite ainsi le refus d’admission par un hôpital, dans un premier temps, d’une femme enceinte pour un accouchement au motif que celle-ci vit avec le VIH. Finalement, sur les demandes insistantes de la future maman, cette dernière est admise. L’équipe du service décide alors de mettre, en grand, l’inscription "HIV" au pied de son lit, sur son dossier médical. Même chose d’ailleurs sur le lit de son bébé ! "La déshumanisation qui frappe les personnes vivant avec le VIH atteint des sommets. Il a même été interdit aux autres femmes partageant la chambre de cette patiente de lui porter assistance notamment pour l’aider à se changer", rapporte l’association. Dans son communiqué, l’ALT MST/Sida appelle le ministère de la Santé à s'atteler à cette question en veillant à "l’humanisation des soins, le respect de l’anonymat et la sanction des agents qui bafouent l’éthique et les droits humains des patientes et des patients".