UE : 1 milliard de doses exportées

28 Octobre 2021
268 lectures
Notez l'article : 
0
 

L’Union européenne (UE) a exporté plus d’un milliard de doses de vaccins anti-Covid en dix mois vers plus de 150 pays, soit la moitié des doses produites en Europe, a affirmé lundi 18 octobre la Commission européenne. « Très clairement, l’UE est le premier exportateur au monde de vaccins », a souligné la présidente de la Commission, Ursula von der Leyen. Selon le comptage réalisé (18 octobre) par l’AFP, quelque 580 millions de doses ont été administrées à ce jour dans l’UE, où plus de 75 % des adultes sont désormais totalement vaccinés-es. « Nous avons toujours équitablement partagé nos vaccins avec le reste du monde », et les Vingt-Sept ont livré à ce jour environ 87 millions de doses aux pays à revenus faibles et moyens par l’intermédiaire du programme international Covax, a précisé la cheffe de l’exécutif européen. L’UE donnera encore « au cours des prochains mois » au moins 500 millions de doses supplémentaires à ces pays exposés, « mais d’autres pays doivent aussi redoubler d’efforts », a ajouté Ursula von der Leyen. Bruxelles avait annoncé fin septembre prolonger jusqu’à fin décembre son mécanisme de contrôle des exportations de vaccins anti-Covid produits dans l’UE, afin de garantir les approvisionnements des Vingt-Sept face aux « incertitudes » alimentées par l’émergence de nouveaux variants. Ce mécanisme en vigueur depuis fin janvier oblige, avant toute exportation de vaccins hors UE par un laboratoire, à obtenir le feu vert de l’Etat membre d’où sont expédiées les doses, à l’exception d’envois vers des pays vulnérables ou bénéficiant d’exemptions. En pratique, entre fin janvier et fin septembre, les Vingt-Sept ont approuvé plus de 2 600 demandes d’exportations à destination de 56 pays et territoires (Royaume-Uni, Australie, États-Unis, Chili, Canada, Israël, Japon, Turquie, etc.). Plusieurs puissances (États-Unis, Inde, Afrique du Sud, etc.), à l’unisson d’organisations non gouvernementales, réclament une levée temporaire des brevets protégeant les vaccins afin de développer leur production, mais Bruxelles s’y refuse, préférant augmenter la participation européenne au mécanisme de solidarité Covax.