Un jeune séropositif sur TikTok

20 Mars 2023
1 381 lectures
Notez l'article : 
5
 
0

« L'information, c'est le pouvoir, alors je voulais vraiment aider les gens à comprendre ». Il s’appelle Zachary Willmore, il a 19 ans et il parle de sa séropositivité à visage découvert chaque jour sur sa page TikTok suivie par 1,8 million de personnes ! Quand ce jeune Américain queer a reçu son diagnostic en février, il a déclaré avoir eu l'impression que c'était la fin du monde. « J'ai vraiment eu l'impression que ma vie était finie ce jour-là », a déclaré cet étudiant de 19 ans, de l'université d'État de San Diego à NBC News. « Les gens sont tellement stigmatisés lorsqu'ils apprennent qu'ils sont séropositifs ». Peu de temps après le diagnostic, Zachary Willmore est rentré chez lui, dans le Missouri, en quête de réconfort auprès de ses amis-es et de sa famille. Après avoir pris le temps de réfléchir en privé, il a décidé de rendre sa séropositivité publique, créant des mises à jour quotidiennes sur sa vie avec le VIH pour sa plateforme TikTok, qui compte 1,8 million d'abonnés-es. « Nous sommes le vendredi 17 février. J'ai 19 ans. Et hier, j'ai appris que j’étais séropositif VIH », a déclaré Zachary Willmore, en se maquillant, dans le premier message de son « journal » vidéo sur TikTok. Depuis qu'il a lancé ces vidéos de la vie quotidienne, qui ont accumulé des millions de vues sur TikTok, il se sert de son influence sur les réseaux sociaux pour éduquer les autres sur le VIH. Il a notamment fait des vidéos sur les modes de transmission du VIH,  la Prep, les traitements actuels et une vidéo rendant hommage aux activistes et scientifiques pionniers-ères dans la lutte contre le virus ou la recherche sur le VIH. En témoignant à visage découvert, une semaine seulement après son diagnostic, le jeune TikTokeur a reçu beaucoup de messages de soutien et aussi quelques critiques et moqueries : « Lorsque je semble heureux dans mes vidéos, c'est parce que je le suis » déclare-t-il, tout en précisant qu'il ne veut pas que les gens pensent qu'il prend le VIH à la légère. Il veut plutôt souligner qu'un diagnostic de VIH n'empêche pas de vivre une vie normale. « Il y a tant de gens qui vivent avec cette maladie dans le silence. Pour moi, en parler m’aide à l’accepter. C'est comme ça que j'y fait face, et le simple fait d'en parler m'a beaucoup aidé ». Néanmoins, le jeune homme a déclaré qu'il pensait chaque jour à sa séropositivité depuis le diagnostic et qu'il se sentait parfois triste. Il a ajouté qu'il allait devoir faire face à la situation pendant un certain temps.