Un "mariage" pour faire pression

9 Novembre 2012
7 869 lectures
Notez l'article : 
0
 
mariage_gay.jpg

Faire parler de la future loi, faire avancer les choses… c’est sans doute comme cela qu’on doit comprendre la curieuse initiative de la maire (PS) de Hantay (Nord) qui a annoncé samedi 3 novembre qu'elle célébrerait le 10 novembre prochain le mariage de deux femmes, espérant "l'indulgence" du gouvernement pour valider l'union, alors que la loi sur le mariage pour tous, qui sera présentée le 7 novembre en Conseil des ministres, n'est, bien évidemment pas encore adoptée. De fait, le mariage ainsi prononcé n’aura aucune validité. "Tout a été fait comme si c'était un mariage normal, les bans ont été publiés. On espère qu'il y aura un peu d'indulgence du gouvernement" pour valider légalement le mariage, a expliqué à l'AFP Désirée Duhem, maire PS de Hantay, au sud-ouest de Lille. Il y a fort à parier que ce mariage ne sera pas reconnu… sa seule utilité sera de mettre un peu plus de pression pour que le gouvernement s’active plus sur ce texte.

 

Commentaires

Portrait de Koros

Cette maire souhaite célébrer le mariage entre deux femmes, soit... Elle souhaite également l'indulgence du gouvernement pour ne pas invalider le mariage. Mais la loi reste la loi, tant que celle-ci n'a pas été votée, Il ne doit pas y avoir d'indulgence. Il me semble que les règles sont les mêmes pour tous. Si on commence à faire des actes hors la loi en espérant une indulgence du gouvernement, vive l'anarchie! Et pour aller plus loin, Imaginons que cette maire célèbre le mariage et qu'il soit validé par le gouvernement, l'un des deux vient à décéder, que fait-on vu qu'il n'y a pas encore de texte votés pour la succession, etc...? Sans parler des problèmes administratifs... Enfin, une dernière remarque que je me suis faite: Lorsqu'un couple d'époux hétéros se marie, la femme prend le nom de son mari ou bien garde son nom de jeune fille en plus de celui de son mari. Dans le cas d'un couple homo, comment fait-on? Je sens déja le gros bordel côté administratif...
Portrait de patoche

Déjà, la femme n'est plus obligée de prendre le nom de son mari, ce côté patriarcal a déjà été aboli, elle peut très bien garder son nom, accoler les deux, et le mari peut aussi prendre le nom de sa femme, pourquoi pas. Mais dans l'usage, c'est toujours en grande partie la femme qui change de nom, malheureusement dirais-je... Je vois pas en quoi ça va être le bordel administratif...
Portrait de frabro

Le nom patronymique, celui que nous portons à la naissance où plutôt lors de la déclaration de naissance est notre nom à vie et le seul qui compte pour l'état civil et tous les actes administratifs et officiels.

Le nom d'épouse ou d'époux n'est qu'une coutume, un usage imposé par le machisme des société judéo-chrétiennes. Que cet usage disparaisse ne me fera ni chaud ni froid.

Pour ce qui est du "mariage pression", il me semble avoir lu il y a quelques jours que la maire en question y avait renoncé pour cause de climat hostile sur fond de polémiques politico-religieuses. J'espère bien qu'elle s'abstiendra de faire cette ânerie qui ne peut qu'apporter de l'eau au moulin des opposants.

Portrait de guppy

"et le mari peut aussi prendre le nom de sa femme, pourquoi pas." Patoche, veux tu dire que l'homme peut ajouter à son nom de famille le nom de son épouse?
Portrait de fioredelmiosegreto

Patoche a bel et bien raison.

Le fait pour la femme de porter le nom de son mari constitue une habitude sociologique ancienne, extrêmement ancrée en France qui a conduit à une croyance qui voudrait que la femme change obligatoirement de nom en se mariant et « perde » son nom dit de jeune fille. La plupart des documents administratifs français (et les employés des services qui les délivrent) entretiennent largement cette croyance en distinguant le nom légal du nom de jeune fille. 

Il est désormais acquis que les époux peuvent de la même façon user du nom de leur conjoint, à titre d'usage, en procédant soit à une adjonction, soit à une substitution. Il s'agit toutefois d'un droit et non d'une obligation, chacun conservant la liberté de l'usage de son propre nom.

Une circulaire du 26 juin 1986 est venue expliciter le droit applicable à ce sujet.

http://www.legifrance.org/jopdf/common/jo_pdf.jsp?numJO=0&dateJO=1986070...

Portrait de patoche

@ Guppy Je veux dire qu'il peut carrément prendre comme nom d'usage celui de sa femme si ça lui chante, comme le font les femmes pour le nom de leur mari, ce n'est plus que dans un sens, la loi a été modifiée dans le sens de l'égalité des sexes justement. Malheureusement, dans l'usage, ça ne se fait pas beaucoup. Ce qui me sidère, c'est que ça paraisse aberrant, comme quoi, le modèle patriarcal est encore bien ancré dans les consciences et au delà, l'inconscient comme le subconscient ! Mais comme le dit Frabro, le nom de naissance reste le seul nom patronymique officiel.
Portrait de fioredelmiosegreto

Tout comme Frabro, lorsqu'il est dit que le nom de naissance est le seul officiel. Maintenant, Patoche et Frabro, mettez-vous à la page, on ne dit plus nom "patronymique", qui fait référence à "pater", mais, égalité entre les sexes oblige, "nom de famille", et ce depuis quelques années, et c'est très bien comme ça !
Portrait de patoche

Comme quoi, c'est bien dans le subconscient que c'est ancré tout ça lol...
Portrait de fioredelmiosegreto

Tu me l'enlèves du coeur, mais je te savais particulièrement subtil pour faire la conclusion tout seul !
Portrait de guppy

Paraît pas du tout aberrant, mais moi j'ai compris que le mari ne pouvait qu'ajouter le nom de famille de sa femme au sien dans n'importe quel ordre, mais dans ce cas devait utiliser les 2 noms donc ne pouvait pas utiliser uniquement le nom de sa femme seul. C'est peut être pas clair lol