Un militant LGBT tunisien agressé à Paris

18 Août 2019
357 lectures
Notez l'article : 
0
 

Nidhal Belarbi, condamné pour homosexualité en Tunisie et menacé dans son pays, a obtenu l'asile politique en France où il vit désormais. Il rentrait chez lui à Paris, dans la nuit du jeudi 8 quand il a été attaqué. Ces agresseurs, au nombre de quatre, l'ont reconnu dans la rue, selon une association de lutte contre l'homophobie qui a rendu l'information publique. Il rentrait chez lui dans le 11e arrondissement de la capitale quand « un homme qui l'avait déjà agressé en Tunisie en 2013 l'a reconnu dans la rue », affirme le comité Idaho-France dans un communiqué. « Cet individu a ramené trois autres personnes pour attaquer Nidhal Belarbi, en proférant des insultes homophobes », et le « rouer de coups », poursuit le texte. Une source policière, interrogée par l'AFP, a confirmé les faits. « La victime a porté plainte le lendemain déclarant un caractère homophobe dans son agression », explique l’AFP. Le parquet de Paris a ouvert une enquête pour « violences volontaires en réunion à raison de l'orientation sexuelle de la victime ». Nidhal Belarbi n'a « pas de fracture » mais souffre de « nombreuses contusions aux côtes et au cou » qui ont nécessité la pose d'une minerve, a expliqué Louis-Georges Tin, du comité Idaho-France. Le militant violemment agressé est également le porte-parole de l’assocition LGBT tunisienne Shams. Créée en 2015, l'association Shams (« soleil » en arabe) milite pour la dépénalisation de l'homosexualité en Tunisie. Son cofondateur, l'avocat Mounir Baatour, a déposé le 9 août sa candidature à l'élection présidentielle tunisienne prévue le 15 septembre. Cette annonce a suscité de vifs débats, jusque dans la communauté LGBT.