Un milliard pour l’AME en 2022

3 Octobre 2021
466 lectures
Notez l'article : 
0
 

Le budget de l'aide médicale d'Etat (AME) s'élèvera à un milliard d'euros en 2022, hors soins urgents, selon le projet de loi de finances présenté mercredi 22 septembre par le gouvernement. « Les crédits ouverts en 2022 s'élèvent à un milliard d'euros pour l'AME de droit commun », a indiqué le ministère de l'Économie dans la fiche détaillant les moyens de la « mission santé » du budget de l'État. L'an dernier, l'exécutif avait annoncé une enveloppe de 990 millions d'euros pour 2021, en mettant déjà en avant « la hausse continue des dépenses constatées ces dernières années ».  Le budget de l'AME a doublé depuis 2015. Selon le ministre de la Santé, Olivier Véran, plus de 383 000 étrangers-ères (sans titres de séjour) en ont bénéficié en 2020.  L'aide « de droit commun », qui couvre à 100 % les frais médicaux et hospitaliers des personnes étrangères présentes en France depuis au moins trois mois, concentre la majorité des dépenses. Le coût total de l'AME inclut aussi les « soins urgents » (70 millions d'euros prévus en 2021) aux personnes migrantes sans titre de séjour et ne pouvant bénéficier de l’AME (car elles ont moins de trois mois de présence continue en France) et les personnes demandeuses d'asile, ainsi que d'autres mesures plus rares comme l'aide « humanitaire » ou en garde à vue (1,5 million en 2021). Créé en 2000 (gouvernement Jospin), ce dispositif est l'objet de polémiques et attaques récurrentes de la part de la droite et de l’extrême droite dénonçant un prétendu « appel d'air » que représenterait cette mesure. Droite et extrême droite réclament, chaque année, a fortiori aux périodes d’élections de limiter son périmètre à l'essentiel ; soit les soins d’urgence. Ainsi, Valérie Pécresse, candidate à la présidentielle de 2022, explique dans une interview au Point(19 août 2021) : « S’agissant de l’AME, nous devons resserrer le panier de soins remboursés sur la médecine d’urgence ». De son côté, le gouvernement affirme que l’AME « contribue à préserver l'ensemble de la population des risques épidémiologiques et sanitaires ». C’est d’ailleurs pour cela qu’elle a été créée.