Un personnage séropositif dans Skam

12 Juin 2021
402 lectures
Notez l'article : 
5
 
0

Skam est une série principalement diffusée en ligne, cumulant près de 215 millions de vues en six saisons, elle bénéficie d’un succès incroyable chez les jeunes. Notamment par ses moyens de diffusion, assez inhabituels : des vidéos sont publiées tous les jours, en « temps réel » sur France TV. Si les personnages font une soirée un samedi soir à 22h30, la vidéo sera diffusée à 22h30 à l'heure de la soirée. Chaque vendredi à 18 heures, la compilation des vidéos diffusées durant la semaine est publiée sur le site de France TV Slash. La série détonne autant par sa forme que par son contenu. Elle traite avec modernité et réalisme de sujets parfois sensibles chez les ados et les jeunes adultes comme le cyber-harcèlement, l'homosexualité, la foi, la dépression, le handicap et maintenant la séropositivité. Même si la huitième saison se focalise sur le thème de la précarité, autour du personnage de Bilal, Jo Benezra, jouée par Louise Malek endosse le rôle d'une séropositive. C'est dans une scène de l'épisode 4, diffusé le 28 mai, qu'on apprend qu'elle vit depuis peu avec le VIH. Elle se coupe en cuisinant avec son ami Bilal. Elle s'énerve et lui demande de rester éloigné d'elle, de peur de lui transmettre le VIH. Cette scène repose sur une idée reçue, comme l’expliquait il y a quelques années les Centres pour le contrôle et la prévention des maladies : « Même si la nourriture contenait de petites quantités de sang ou de sperme d’une personne vivant avec le VIH, l’exposition à l’air, la chaleur de la cuisson ou l’acide dans l’estomac détruirait le virus. » Mais le réalisme de la réaction de Jo, récemment infectée, transmet bien l’idée que les jeunes sont souvent désinformés-es au niveau des modes de transmission du VIH. Skam traite donc avec réalisme et pédagogie du sujet de la séropositivité comme en témoigne cet extrait de la séquence intitulée « Vendredi, 18h31 – Invisible » :
- Jo : « De toute façon, si je prends bien mon traitement, a priori, ma charge virale, elle sera bientôt indétectable. C'est juste une question de mois. » 
- Bilal : « Attends, ta quoi ? »
- Jo : « Ma charge virale ! En gros, c'est la présence du virus dans le sang. C'est ce qui fait que t'es contagieux. Sauf que le traitement, il fait tellement la misère au virus que du coup, il devient indétectable. » 
Skam permet aux jeunes de s'informer en se divertissant sur des sujets souvent délaissés ou caricaturés par les séries traditionnelles (et même par l'Éducation nationale). Le traitement de l’homosexualité dans la saison 3 avait d’ailleurs été récompensé par un Out d’Or, prix décerné par l'Association des journalistes LGBT (AJL) qui récompense les initiatives médiatiques permettant la visibilité des problématiques LGBT.