Un tiers des recettes de la TTF pourrait mettre fin à l'épidémie

8 Décembre 2016
795 lectures
Notez l'article : 
0
 

Un collectif d'associations, dont Coalition PLUS, a appelé lundi 28 novembre à utiliser une partie des recettes de la future taxe européenne sur les transactions financières (TTF) pour lutter contre le sida. Coalition PLUS et le Global fund advocates network affirment qu'un tiers du montant attendu de cette taxe pourrait mettre fin à l'épidémie de sida. A l'occasion de la Journée mondiale de lutte contre le sida jeudi 1er décembre, "la TTF européenne peut changer la donne", estiment ces associations, rappelant que l'ONU a évalué à 7 milliards de dollars de plus par an — soit environ 6,5 milliards d'euros — la somme nécessaire pour mettre fin à l'épidémie de sida dans le monde. "Selon les estimations, la TTF européenne devrait générer au moins 22 milliards d'euros par an. (...) 30 % de (cette taxe) suffiraient pour couvrir les besoins mondiaux contre le sida et ouvrir la voie vers une planète sans sida", argumentent les associations. En octobre dernier, les ministres des Finances de dix pays de l'Union européenne (Allemagne, Autriche, Belgique, Espagne, France, Grèce, Italie, Portugal, Slovaquie, Slovénie) se sont mis d'accord sur le principe de créer une taxe sur les transactions financières. Les détails techniques (produits financiers concernés, assiette de taxation, utilisation des fonds ainsi récoltés) ne sont pas encore définitivement arrêtés. Selon le ministre des Finances Michel Sapin, la TTF servira "principalement à financer la lutte contre le réchauffement climatique". L'ONU estime que la fin du sida est envisageable d'ici à 2030, à condition que, avant 2020, 90 % des personnes vivant avec le VIH connaissent leur séropositivité, 90 % des personnes dépistées accèdent à un traitement antirétroviral et 90 % des malades sous traitement atteignent une charge virale indétectable. L’instance internationale chiffre le coût de cette stratégie à 26 milliards de dollars, or à ce jour, 19 milliards de dollars par an sont disponibles pour la lutte mondiale contre le sida. Il manque donc 7 milliards de dollars pour y arriver, rappellent les associations. Selon un rapport de l'ONU publié la semaine dernière, le nombre de malades sous traitement antirétroviraux a doublé en cinq ans, pour atteindre 18,2 millions de personnes. Cela représente la moitié des 36,7 millions de personnes qui vivent avec le sida.  Autrement dit, à ce jour, faute d’un effort financier supplémentaire, il n’est pas possible d’atteindre en 2020 l’objectif 90-90-90.