Un traité pour prévenir les pandémies

20 Février 2022
718 lectures
Notez l'article : 
0
 

L'Union européenne fait pression pour un accord mondial visant à prévenir l'émergence de nouvelles pandémies. Ce nouvel accord pourrait notamment inclure une interdiction des marchés où est pratiqué le commerce d'animaux sauvages et des mesures incitant les pays à signaler les nouveaux virus, a déclaré à l’agence Reuters un responsable européen. Des négociateurs-rices internationaux-les se sont réuni pour la première fois afin d'entamer les discussions sur un éventuel traité.  Le but de ces négociations est de trouver un accord préliminaire d'ici le mois d'août. Bruxelles a toutefois eu du mal à obtenir tous les soutiens nécessaires à un nouveau traité auprès des États-Unis et d'autres grandes puissances, certains pays désirant que cet accord soit non contraignant ; ce qui voudrait dire pas efficace. L'hypothèse la plus largement répandue concernant les origines de la Covid-19 est que le virus a infecté l'homme naturellement, probablement par le biais du commerce d'animaux sauvages. L'une des mesures que l'UE souhaite instaurer concerne la fermeture progressive des marchés où le commerce d'animaux sauvages est pratiqué, a indiqué le responsable européen. En gros, on trouve un moyen pour qu’une zoonose (maladie infectieuse chez l’animal se transmettant à l’être humain) ne se développe pas au niveau mondial avec les conséquences qu’on connaît depuis maintenant deux ans. Par ailleurs, la nécessité de prévoir des mesures incitant les pays à signaler les nouveaux virus, afin de faciliter leur détection et de limiter les dissimulations, est également jugée comme cruciale.