Une Américaine transgenre exécutée

5 Janvier 2023
231 lectures
Notez l'article : 
0
 

Une Américaine qui avait été condamnée à mort pour le meurtre de son ex-compagne est devenue, mardi 3 janvier, la première femme transgenre à être exécutée aux États-Unis. Amber McLaughlin, 49 ans, est également la première personne exécutée en 2023 dans le pays où certains États appliquent encore la peine capitale. L'Américaine a reçu une injection létale dans un pénitencier du Missouri (centre), selon un communiqué, pour un meurtre commis en 2003, avant sa transition. Selon les médias locaux, elle était restée détenue dans le couloir de la mort réservé aux hommes, depuis sa condamnation en 2006. À l'issue de son procès en 2006, les jurés-es l'avaient reconnue coupable du meurtre, mais ils n'avaient pas réussi à se mettre d'accord sur la peine à lui infliger. Un juge avait alors tranché en retenant la peine capitale. Les États du Missouri et de l'Indiana sont les seuls à autoriser leurs magistrats-es à prononcer des peines de mort en l'absence d'unanimité dans le jury populaire. S'appuyant sur cette singularité, les avocats d'Amber McLaughlin avaient demandé au gouverneur républicain Mike Parson de commuer sa peine en prison à perpétuité. « La peine de mort considérée ici ne reflète pas la conscience de la communauté mais celle d'un unique juge », avaient-ils écrit dans leur demande de clémence, qui invoque aussi l'enfance difficile et les troubles psychiatriques de leur cliente. Leur demande avait reçu le soutien de plusieurs personnalités, dont deux élus du Missouri au Congrès américain, Cori Bush et Emanuel Cleaver ; sans succès, souligne l’AFP. Selon le Centre d'information sur la peine de mort (DPIC), qui fait référence, aucune personne ouvertement transgenre n'avait encore été exécutée aux États-Unis, « mais la question (avait) attiré l'attention ces derniers mois avec la confirmation par la Cour suprême de l'Ohio de la peine capitale infligée à Victoria Drain et la commutation de celle de Tara Zyst en Oregon, deux femmes transgenres ». Depuis son élection, le gouverneur Mike Parson n'a accepté aucune des demandes de clémence qui lui ont été soumises.