Une appli contre les violences LGBTphobes

4 Mai 2020
1 593 lectures
Notez l'article : 
1
 
0

Depuis de nombreuses années, les associations LGBT déplorent autant la recrudescence des actes anti-LGBT que la méconnaissance totale des phénomènes de haine homophobe, transphobe ou sérophobe et donc du nombres d’agressions physiques ou verbales commises en France en raison de l’orientation sexuelle, de l’identité de genre ou de la sérologie, indique un communiqué (24 avril) du Secrétariat d'Etat à l'Egalité entre les femmes et les hommes. « Nul n’ignore que le nombre de faits enregistrés par la police nationale et la gendarmerie nationale (…) ne reflètent en rien la réalité de ces crimes de haine LGBT car nombreuses sont les victimes qui ne déposent pas plainte par appréhension ou face à la difficulté d’obtenir des condamnations des auteurs de contenus haineux homophobes ou transphobes ». Pour pallier à cette carence, l'association Flag ! a développé une plateforme, disponible sur Android et iOS, gratuite de signalements anonymes, pour les victimes et les témoins de violences physiques ou verbales LGBTphobes, de sérophobie, de violences conjugales, notamment dans les couples LGBT, aussi bien sur Internet, à domicile, sur la voie publique ou au travail. L’acte de violence est ainsi caractérisé, daté et localisé. À l’issue du signalement, la victime, en fonction de son statut et de l’acte signalé, sera orientée vers les interlocuteurs-rices appropriés-es (dépôt de plainte, pré-plainte en ligne, signalement Pharos, Plateforme des violences sexistes et sexuelles, Officier de liaison LGBT, 119 enfances en danger, associations spécialisées, etc…). « Ces signalements alimenteront une cartographie la plus précise possible facilitant le travail des pouvoirs publics pour développer efficacement des politiques publiques et des actions ciblées en faveur de la lutte contre les violences sexistes, anti-LGBT et sérophobe. Un comité scientifique, en partenariat avec la fondation Jean Jaurès, établira annuellement une étude sociologique sur la base des signalements obtenus. Les objectifs de cette application sont multiples et répondent ainsi à de nombreuses attentes », explique le communiqué du gouvernement.