Une campagne de prévention transformée en canular

27 Novembre 2015
1 493 lectures
Notez l'article : 
0
 

Ceci est une boulette. Une campagne indonésienne sur les non-modes de transmission du VIH, comme les piqûres de moustiques, l’éternuement ou le fait d’aller à la piscine devait être lancée à travers toute l’Indonésie. Problème, l’imprimeur a négligé un détail : de bien écrire  le "ne pas" sur les affiches. Tout comme faire valider les visuels avant l’impression. Grave erreur, car ce qui devait être une campagne contre les clichés en est devenu elle-même un, colportant partout dans le pays ces fausses idées. Mercredi 18 novembre, le ministère de la Santé s'est excusé pour une erreur d'impression. "Nous avons présenté des excuses publiques, et maintenant les affiches sont retirées pour être remplacées" par des nouvelles avec le bon message, a déclaré à l'AFP un responsable du ministère de la Santé, Muhammad Subuh, reconnaissant que l'erreur provenait d'une "erreur d'impression". "Il va falloir que le ministère mène une importante campagne de sensibilisation pour corriger cette erreur", a estimé Aditya Wardhana, un militant de la coalition Indonésie sida, indigné par les effets dévastateurs de cette grosse boulette. La controverse est d’autant plus forte que la répression et la discrimination à l’encontre des personnes séropositives sont très fortes dans ce pays.