Une cérémonie d'ouverture trop fleurie

22 Juillet 2012
1 537 lectures
Notez l'article : 
0
 
IAS_2012_valise___lections_vignette_br__ve.jpg

Parce que la conférence, c'est aussi de l'émotion et des coups de gueule, voici celui de Michel Bourrelly, un peu remonté suite à la très officielle soirée de l'UNAIDS hier soir...
La conférence débute dans quelques heures... tous les critères sont rassemblés pour en faire une ode à l'Amérique. Nous allons avoir une succession d'autosatisfactions ou de laudateurs qui vont être contents de s’échanger des bouquets de fleurs, fleurs qui pourraient garnir les tombes de tous ceux qui n'ont pas accès aux traitements, ou trop tardivement, fleurs qui pourraient remplacer les chaines et les liens avec lesquels sont torturés ou entravés les gays dans tous les pays (y compris aux USA), fleurs qui pourraient décorer toutes les travailleuses du sexe qui sont pourchassées, victimes de sévices ou de chantages ignobles, des fleurs qui pourraient embellir l'environnement des usagers de drogues plus habitués aux bas fonds des villes qu'aux réceptions de l'ONUSIDA ou des autres organisations internationales. Bien sûr qu'il faut de l'argent pour que ces structures, nos structures vivent, je ne dis pas le contraire, mais soyons raisonnables, au nom d'une normalité retrouvée depuis peu en France (pour combien de temps ?), essayons de faire en sorte que nos actions soient pertinentes, correspondent aux besoins exprimés, et qu'elles soient correctement évaluées. Nous devons continuer à soutenir, toujours plus largement les pays et les partenaires qui en ont le plus besoin, quitte à diminuer la voilure chez nous ? On ne peut pas sacrifier IMPUNEMENT nos partenaires, nos amis pour continuer à faire flotter largement nos structures. Je crains que cette conférence ne nous apprenne rien, TOUS les constats sont faits et connus.... maintenant il faut passer aux actes. On sait que les discriminations favorisent l’épidémie, tout le monde le sait, c'est prouvé. Alors que doit-on attendre pour passer aux actes ??? Que tout le monde soit mort ??? On sait que la mise sous traitement précoce permet un meilleur pronostic individuel mais aussi réduit les risques de transmission. Alors on attend quoi, que des pays soient à 50 % de prévalence pour agir ? Alors oui, certains vont chanter les louanges d'une Amérique bien pensante et efficace. Il est temps pour nous tous d'agir et de réagir vite sinon l'année prochaine, année des 30 ans de la découverte du VIRUS, on viendra nous dire que c'est Ronald REAGAN qui a découvert le VIH ! A suivre...