Une étude européenne pour améliorer l’accès à la santé des migrants

23 Octobre 2014
2 478 lectures
Notez l'article : 
0
 

Elle s’appelle aMASE pour "Accès avancé aux services de santé pour les migrants en Europe". Cette étude se divise en deux pans dont le premier sera communautaire, avec le recueil en ligne des données sur les personnes concernées par la migration, qu’elles vivent avec le VIH ou non. Cette enquête, financée par une division de la Commission européenne, part de deux constats : "Des personnes venant des quatre coins du monde peuvent être amenées à utiliser les services de santé alors qu’elles sont en Europe. Les personnes nées à l’étranger sont plus susceptibles d’attendre d’être gravement malades avant de demander de l’aide, ce qui peut entraîner de graves conséquences pour leur santé", peut-on lire sur le site Internet. Ces données permettront de pouvoir mieux coordonner l’offre et les besoins dans l’accès aux soins des personnes migrantes. L’autre volet d’aMASE sera clinique, spécifiquement pour les personnes vivant avec le VIH. Elle souhaite faire participer 5 000 personnes migrantes vivant avec le VIH depuis moins de 5 ans, et cela dans 40 centres partout à travers l’Europe. "L’étude clinique est conçue pour aider les personnes qui planifient les services de prévention et de traitement, en leur fournissant des preuves solides concernant le nombre de migrants contaminés par le VIH une fois arrivés en Europe", expliquent encore les investigateurs de la recherche. Pour plus d’informations ou si vous êtes intéressé-e-s, rendez-vous sur le site dédié, traduit en quatorze langues.