Une personne séropo sur sept ignore son statut en Europe

9 Décembre 2016
2 377 lectures
Notez l'article : 
0
 

Une personne vivant avec le VIH sur sept dans l'Union européenne ignore son statut, montre une étude publiée le 29 novembre par l'Union européenne. De son côté, l'Organisation mondiale de la santé (OMS) s’inquiète du record de contaminations sur le continent européen notamment dû à la propagation du VIH en Russie. "Le VIH et le sida restent un problème grave en Europe (...) Le Centre européen de prévention et de contrôle des maladies (ECDC) estime que le fait qu'une personne sur sept est atteinte par le VIH sans le savoir est particulièrement inquiétant", a ainisi déclaré le commissaire européen à la santé Vytenis Andriukaitis. Le chiffre concerne les 28 pays de l'Union européenne, plus l'Islande, le Liechtenstein et la Norvège. "Ceux qui ne savent pas qu'ils sont contaminés ne peuvent bénéficier d'un traitement qui leur sauvera la vie et peuvent continuer à transmettre à d'autres le virus", a souligné Vytenis Andriukaitis. Près de la moitié (47 %) des cas dans ces pays sont diagnostiqués à un stade tardif de la contamination, a précisé l'ECDC. Selon lui, en moyenne, le virus est détecté environ quatre ans après l’infection. Dans ces 31 pays, les rapports sexuels entre hommes constituent le premier mode de transmission (42 % des diagnostics), et le seul qui progresse encore régulièrement. Les relations hétérosexuelles concernent 32 % des diagnostics et l’usage de drogues 4 %. Sur l'ensemble du continent européen (53 pays selon les critères de l’OMS), l'année 2015 a vu un nouveau record de contaminations : 153 407 contre 142 000 en 2014. La Russie concentre à elle seule près des deux tiers des cas (64 %). Près de 80 % des cas se sont déclarés en Europe de l'Est, 3 % en Europe centrale et 18 % en Europe de l'Ouest. La particularité en Russie est que les relations hétérosexuelles sont le premier mode de contamination. L'OMS s'alarme aussi de taux de contamination élevés en Ukraine, au Belarus, en Estonie, Moldavie, Lettonie et Géorgie. "Malgré des efforts importants, le VIH reste parmi les principaux sujets d'inquiétude pour la santé publique dans la région Europe de l'OMS, en particulier dans l'Est", a souligné la directrice régionale de l'Organisation, Zsuzsanna Jakab.