Une plateforme Sida info service en Guyane

16 Février 2020
230 lectures
Notez l'article : 
0
 

Selon l'Observatoire régional de la santé (ORS) de Guyane, le taux de VIH est de 74 cas pour 100 000 habitants-es en Guyane, contre 5 pour 100 000 dans l'Hexagone. Il est aussi de 34 cas pour 100 000 habitants-es en Guadeloupe, et de 21 en Martinique. La Guyane compte aussi le plus fort taux de découvertes de séropositivité : 896 cas pour un million d’habitants-es en 2018. Ces données confirment que la Guyane est le département français le plus touché par le VIH. C’est ce département qui va accueillir, dès le second semestre 2020, une plateforme Sida Info service. Celle-ci permettra d’élargir les horaires d’écoute pour l’ensemble des Outre-mer, sept jours sur sept, de 8 heures à 23 heures (heure de Guyane). C’est ce qu’ont annoncé (25 janvier) Sida Info Service et la ministre des Outre-mer Annick Girardin. La mise en place de cette plateforme en Guyane, vise à améliorer la prévention du VIH dans les territoires ultramarins particulièrement touchés par la maladie. Cette plateforme va voir le jour au second semestre 2020. « À l'heure où l'État renforce les politiques publiques de prévention contre le VIH, la création de cette plateforme est indispensable », a déclaré Annick Girardin, lors de la signature d'une convention à Paris, soulignant que « les taux de séropositivité en outre-mer sont alarmants : la Guyane est encore le département où le taux est le plus élevé de France, il continue de grimper en Guadeloupe ». La ministre avait promis, le 1er décembre dernier, lors de la journée internationale de lutte contre le VIH, de signer cette convention, d'un montant de 150 000 euros sur trois ans, « pour adapter les outils de Sida Info Service aux réalités ultramarines ». Comme le rappelle un récent Bulletin épidémiologique hebdomadaire de Santé publique France, le VIH reste l’une des principales causes de mortalité prématurée en Guyane. La part des infections diagnostiquées à un stade très avancé reste stable, malgré les efforts de dépistage. Autres problématiques constatées sur ce territoire : un nombre « significatif » de perdus-es de vue.